La "verità plurale" : itinerario spirituale di Gesualdo Bufalino, in dialogo coi Francesi

par Marta Aiello

Thèse de doctorat en Langues, Littératures et Civilisations

Le président du jury était Bernard Urbani.

Le jury était composé de Giorgia Bongiorno, Valeria Merola.

Les rapporteurs étaient Valeria Merola.

  • Titre traduit

    La "Vérité plurielle" : itinéraire spirituel de Gesualdo Bufalino, en dialogue avec les Français


  • Résumé

    Cette thèse retrace le parcours existentiel de Gesualdo Bufalino à la recherche de la vérité. C’est un itinéraire que l'écrivain sicilien accomplit à travers le philtre de la littérature française, domaine privilégié de sa formation dès son plus jeune âge. La première phase, dans le chapitre qui s’intitule "Bufalino et les poètes français", identifie un très jeune Bufalino à la recherche d'une vérité "esthétique". Cette période va de l'enfance à l'appel aux armes, plus ou moins entre 1930 et 1942. Formé pendant l'adolescence à la lecture des symbolistes français et de Baudelaire, c’est surtout de ce dernier que le jeune Bufalino dégage sa vision existentielle, des outils de rhétorique, des émotions, une pléthore d'images et, plus que toute autre chose, une vision de la littérature comme dépositaire d'une vérité indéchiffrable, activité à laquelle il se consacre inlassablement, jusqu'à privilégier le culte de la forme.La deuxième phase, que l’on abordera dans le chapitre s’intitulant "Bufalino et les écrivains catholiques français", se déroule depuis 1942, année où Bufalino fut appelé au front, jusqu'à 1950. Au fil de ces années, Bufalino a entrepris une féconde correspondance avec l'intellectuel Angelo Romanò qui, aux prises comme Bufalino lui-même avec des doutes religieux, a initié l’écrivain sicilien à de nombreuses lectures et en particulier à celles des écrivains catholiques français, parmi lesquels nous avons isolé Claudel, Mauriac, Bernanos et Cendrars qui nous ont semblé plus utiles que d'autres dans l’observation et l’analyse de la recherche de la foi chez Bufalino.La troisième phase, dans le chapitre qui s’intitule "Bufalino et les écrivains éxistentialistes français" débute à peu près dans les années ‘50 et se termine en 1981, lors de la publication de son premier roman, ‘Diceria dell'untore’. C’est une période qui commence par un intérêt pour la vérité de la raison, ce qui deviendra plus tard une préférence marquée en particulier pour l'œuvre d'Albert Camus. La quatrième et dernière phase que l’on abordera dans le chapitre s’intitulant "Bufalino et la vérité plurielle" commence immédiatement après 1981 et analyse le tournant final de la recherche spirituelle de Bufalino jusqu'à la fin de sa vie, en 1996. Bufalino renoncera définitivement aux options métaphysiques et matérialistes. Il confiera entièrement sa quête de sens à la littérature, considérée comme une écriture différemment « sacrée »

  • Titre traduit

    The "plural truth" : spiritual itinerary of Gesualdo Bufalino, in dialogue with the French


  • Résumé

    This thesis retraces the existential itinerary in search of the truth of the Sicilian writer G. Bufalino, with a particular focus on the filter of the French literature that, from an early age, constituted the privileged field of reference for his formation.It starts from the years ranging from childhood to the call to arms, therefore more or less from the period between 1930 and 1942. Formed as a teenager on French symbolists and especially on Baudelaire, the young Bufalino got an existential vision, tools rhetoricians, emotions, a mass of images, and more than anything else a vision of literature as the depositary of an indecipherable truth, an activity to be indefatigably dedicated to and spent on until it consecrates its existence to the cult of form. The second phase is "Bufalino and the French Catholic writers" and goes approximately from 1942, the year in which he was called to the front, until '50. In these years, Bufalino undertook a fruitful correspondence with the intellectual Angelo Romanò who, in turn engaged in religious travails, began it to many readings and in particular to that of French Catholic writers, among whom we have isolated Claudel, Mauriac , Bernanos, Cendrars who seemed to us more than others useful to observe a Bufalino in search of a truth of faith. The third phase of the spiritual life of Bufalino is “Bufalino and the French Existentialist writers” and begins roughly in the 50s and ends in 1981, the year of the publication of his first novel, ‘Diceria dell'untore’. It begins with an interest in the truth of reason and later with a marked preference in particular for the work of Albert Camus. The fourth and last phase is “Bufalino and the plural truth’ and begins immediately after 1981, and observes the final turning point of Bufalino's spiritual research until the end of his life, that is until 1996. Bufalino will definitively renounce both the metaphysical and the materialistic options, and he will entrust his sense question entirely to literary research, understood as a differently 'sacred' writing

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.