Thèse soutenue

Un prophète à Tophet : August Strindberg relit Jérémie

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Ana Berlogea
Direction : Elena Di PedeMiruna Runcan
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Théologie
Date : Soutenance le 29/09/2018
Etablissement(s) : Université de Lorraine en cotutelle avec Universitatea Babeș-Bolyai (Cluj-Napoca, Roumanie)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Humanités Nouvelles - Fernand Braudel (Lorraine)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : ECRITURES - Centre de Recherche «écritures» (Metz)
Jury : Président / Présidente : Anca Maniutiu
Examinateurs / Examinatrices : Elena Di Pede, Miruna Runcan, Ion Tomuș, Ioan Brancu, Ioan Robu, Anca-Maria Rusu
Rapporteurs / Rapporteuses : Ion Tomuș

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

Un geste accompli au cours d’une représentation théâtrale et un geste prophétique peuvent-ils se rejoindre ? Un texte dramatique peut-il avoir lui-même vocation « prophétique », dans le sens où il éveille la conscience de ses destinataires, leur montrant le chemin de la vie et de la mort ? Telle est la question au centre de cette recherche. Pour l’aborder on propose d’étudier la manière dont l’auteur dramatique suédois August Strindberg (1849-1912), un des pères du théâtre moderne, reçoit et relit dans son dernier écrit pour le théâtre, La Grand-route (1909), la prophétie de Jérémie à Tophet (Jr 7, 31.32 ; 19, 6.11.12.13.14). Proclamant la parole divine essentiellement à Jérusalem à la fin du 6ème siècle av. J. C., Jérémie est aussi envoyé par Dieu à Tophet, pour poser un acte prophétique particulier – qui unit le geste à la parole pour renforcer cette dernière : Jérémie doit briser un vase pour annoncer la destruction de Jérusalem (19,11-12). Dans le dernier drame strindbergien, un prédicateur arrive dans une ville nommé Tophet, où il reçoit un vase japonais qui devient urne funéraire. Associé à un discours critique envers les perversions d’une société matérialiste, l’objet devient signe de la fin tragique d’un homme, associée au destin de sa ville, Hiroshima. À travers l’analyse comparative de la mission des sujets, des fonctions du lieu et du vase, objet empreint de la vie humaine, la thèse traite de la relation entre théâtre et prophétie, domaines abordés utilisant l’analyse performative et les principes de la grammaire narrative et structurale.