Thèse soutenue

Associations, rôle politique et mouvement : énigmes et tabous des logiques collectives : ou l’enjeu de l’engagement dans les rouages micro, méso, macro

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Christine Chognot
Direction : Jean-Louis Laville
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sociologie, démographie. Sociologie - Travail social
Date : Soutenance le 15/11/2018
Etablissement(s) : Paris, CNAM
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Abbé Grégoire (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Paris)
Jury : Président / Présidente : Philippe Eynaud
Examinateurs / Examinatrices : Nadine Richez-Battesti
Rapporteurs / Rapporteuses : Bruno Frère, Robert Lafore

Résumé

FR  |  
EN

La thèse propose trois questions critiques du rôle politique et de mouvement des associations. Premièrement le fonctionnement associatif : mobiliser l’engagement (des salariés, des usagers et leurs proches, des bénévoles) en sortant d’une forme d’impensé suppose de réarticuler une conception alternative en sciences de gestion (pour avoir prise sur le managérialisme) et les apports de la sociologie des associations. Deuxièmement la culture politique : la capacité à contribuer à la reconstruction de références collectives et de médiations instituées, à promouvoir une culture alternative au référentiel économiste et marchand dominant, suppose d’analyser et de concevoir, de se situer dans l’histoire longue des idées, de revisiter le socle humaniste. Troisièmement l’action collective au niveau méso : pour peser dans les mécanismes institutionnels et à avoir prise sur la réalité, la remobilisation des travaux sur l’action collective et les mouvements sociaux, avec leur extension récente aux liens avec l’économie solidaire, est essentielle.