Sclérochronologie à Saint-Pierre et Miquelon : de l'échelle sub-horaire aux reconstructions multi-décennales

par Pierre Poitevin

Thèse de doctorat en Ecologie marine

Sous la direction de Laurent Chauvaud et de Pascal Lazure.


  • Résumé

    Les écosystèmes côtiers sont exposés aux changements climatiques entraînant des modifications de leur structure et de leur fonctionnement. Cependant, nous disposons de peu d’information sur la variabilité de leurs propriétés environnementales avant 1950. Les parties dures des organismes marins ont le potentiel d'étendre les observations instrumentales, à différentes échelles spatiales et temporelles, afin d'améliorer notre compréhension des processus environnementaux passés. Cette thèse de doctorat a pour cadre Saint-Pierre & Miquelon (SPM), un petit archipel situé à la confluence de grands courants océaniques marquant la frontière entre les gyres subtropicaux et subpolaires de l'Atlantique Nord. Outre sa position clé à l’échelle mondiale comme indicateur de l'évolution du climat, des spécificités locales induisent une dynamique très particulière conduisant, lors de la période stratifiée, à la génération des plus importantes oscillations thermiques quotidiennes jamais observées. Ce travail est basé sur l’analyse des structures calcifiées d’organismes marins locaux, afin de mieux comprendre la variabilité environnementale passée à ces deux échelles. Les relations observées entre les enregistrements sclérochronologiques issus des différents modèles biologiques étudiés dans cette thèse et plusieurs types de données environnementales, nous ont permis de mettre en avant la position privilégiée de SPM pour étudier la variabilité océanographique, les réponses biologiques de différentes espèces benthiques et la dynamique des écosystèmes côtiers, à différentes échelles de temps (de la marée aux 165 dernières années) et d'espace (de celle de l'archipel à celle de l’Atlantique Nord).

  • Titre traduit

    Sclerochronological approaches in Saint-Pierre & Miquelon : from sub-hourly to multidecadal environmental reconstructions


  • Résumé

    Coastal ecosystems are exposed to global climate change leading to modifications of their structure and functioning. However, little is known about their environmental variability before 1950. The hard parts of long-lived marine biota hold the potential to extend instrumentally derived observations, at different temporal and spatial resolutions, in order to enhance our understanding of past environmental processes. This PhD dissertation takes place on Saint-Pierre & Miquelon (SPM), a small archipelago at the confluence of major oceanic currents marking the boundary between the North Atlantic Ocean subtropical and subpolar gyres. In addition to its global key position, a local phenomenon, leads, during the stratified period, to the largest (up to 12°C amplitude) daily (25.8 h) temperature oscillations ever observed-at any frequency-on a stratified mid latitude continental shelf. This work is based on calcified structures of local marine organism analyses, to gain insights about past environmental variability at these two scales. The relationships observed between the sclerochronological records from these different marine biota and several environmental dataset, allowed us to highlight the relevant position of SPM for studying multiple scale oceanographic variability, biological responses of different benthic species and the dynamics of coastal ecosystems, at different time scales (from the tide to the last 165 years) and space scales (from SPM archipelago to North Atlantic Ocean).


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne occidentale (Brest). Service commun de documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.