Thèse soutenue

La diffusion de la préscolarisation en Inde du Sud : le cas du Tamil Nadu et de Pondichéry

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Emilie Ponceaud Goreau
Direction : Yves RaibaudLoraine Kennedy
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géographie humaine
Date : Soutenance le 07/09/2018
Etablissement(s) : Bordeaux 3
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Montaigne-Humanités (Pessac, Gironde)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Passages (Pessac, Gironde ; Pau ; Talence, Gironde)
Jury : Président / Présidente : Dominique Darbon
Examinateurs / Examinatrices : Yves Raibaud, Loraine Kennedy, Julie Delalande, Hélène Guetat-Bernard
Rapporteurs / Rapporteuses : Julie Delalande, Hélène Guetat-Bernard

Résumé

FR  |  
EN

Dès 1975, les premières formes de préscolarisation sont présentes en Inde autour de deux fonctions principales : offrir un mode de garde gratuit pour tous, en zone rurale comme en zone urbaine, et lutter efficacement contre la malnutrition et le manque d’accès aux soins des jeunes enfants. Parallèlement à un important système de redistribution publique, ces centres apparaissent comme une des vitrines des actions sociales de l’Etat du Tamil Nadu et du territoire de Pondichéry. Depuis les années 2000, l’offre éducative est modifiée par l’émergence de nouvelles revendications par une partie de la société indienne ainsi que par l’implication dans le secteur d’acteurs privés, d’ONG ou de communautés religieuses. Les acteurs privés sont aujourd’hui incontournables et les familles sont nombreuses à solliciter leurs structures. Mes recherches montrent que la demande en faveur de la préscolarisation est conditionnée par les représentations et les nouvelles attentes des familles qui aspirent à appartenir aux classes moyennes. Cette thèse s’intéresse tout d’abord à la manière dont cette demande est prise en compte ou non par les institutions, quels sont les ressorts éventuels du changement et comment l’État négocie les relations entre public et privé et multiplie les partenariats, en s’engageant dans un processus de redéploiement de ses fonctions. Ensuite, le rôle des enseignantes est mis au premier plan pour comprendre les évolutions de la préscolarisation. La compréhension de leurs gestes pratiques montre de quelle manière elles développent des attitudes professionnelles qui mettent en valeur leur réflexivité, à la fois en tant que pourvoyeuses de care et enseignantes. L’analyse articule ainsi les échelles du territoire de la cour, de l’école, de l’Etat, du pays et des organisations internationales. Les intentions et les attentes des différents acteurs de la préscolarisation sont saisis par le biais d’observations et d’entretiens dans les structures et chez les familles, et à travers une double posture de chercheuse et d’enseignante.