Thèse soutenue

Contrôle spatio-temporel et quantitatif de l'activité Rho1 par une signalisation GPCR

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Alain Garcia De Las Bayonas
Direction : Thomas Lecuit
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie du developpement
Date : Soutenance le 14/12/2018
Etablissement(s) : Aix-Marseille
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole Doctorale Sciences de la Vie et de la Santé (Marseille)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut de Biologie du Développement de Marseille (IBDM)
Jury : Président / Présidente : Julien Royet
Examinateurs / Examinatrices : Olivier Pertz
Rapporteurs / Rapporteuses : François Robin, Magali Suzanne

Résumé

FR  |  
EN

La constriction apicale des cellules du mésoderme et l'intercalation des cellules de l'ectoderme sont contrôlées par des réseaux contractiles d'acto-myosine dans l'embryon de Drosophile. Le niveau d'activation et la polarisation du cytosquelette d'acto-myosine détermine la nature des déformations cellulaires observées. Nous montrons que le GPCR Smog et les protéines G (Gα,Gβγ) en aval, activent la signalisation Rho1 et donc la Myosine-II dans les deux tissus. Dans l'ectoderme, Gα12/13 active Rho1 à la membrane apicale (aussi appelé compartiment médio-apical) tandis que les sous-unités Gβ13F-Gγ1 activent Rho1 en médio-apical et aux jonctions cellulaires. Les mécanismes contrôlant l’activation polarisée de Rho1 dans ce tissu demeurent incompris. Nous montrons ici que deux RhoGEFs, RhoGEF2 et une nouvelle RhoGEF Wireless/p114RhoGEF, activent Rho1 sous le contrôle des protéines G dans l’ectoderme. RhoGEF2 stimule Rho1 en médio-apical sous la dépendance de Gα12/13 alors que Wireless/p114RhoGEF contrôle l’activité de Rho1 aux jonctions avec Gβ13F-Gγ1. RhoGEF2 est présente aux jonctions et en médio-apical tandis que Wireless/p114RhoGEF est uniquement jonctionnelle où elle est recrutée par Gβ13F-Gγ1. Pour finir, Wireless/p114RhoGEF est absente des jonctions dans les cellules du mésoderme. En résumé, des GPCRs contrôlent l’activité spatio-temporelle de Rho1 au moyen de deux modules régulatoires dans l’ectoderme. Les protéines G transduisent le signal en recrutant et en activant deux RhoGEFs complémentaires en médio-apical et aux jonctions. Une variation dans la nature des GPCRs, protéines G ou des RhoGEFs détermine le contrôle tissu-spécifique de Rho1 au cours de la morphogenèse.