Thèse soutenue

Relations entre Mesures Non Médicamenteuses et Pression Artérielle. Analyse des données de l’étude NutriNet-Santé

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Hélène Lelong
Direction : Jacques Blacher
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Santé publique
Date : Soutenance le 15/12/2017
Etablissement(s) : Sorbonne Paris Cité
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Galilée (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Unité de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Bobigny)
Etablissement de préparation : Université Sorbonne Paris Nord (Bobigny, Villetaneuse, Seine-Saint-Denis ; 1970-....)
Jury : Président / Présidente : Serge Hercberg
Examinateurs / Examinatrices : Emmanuelle Kesse-Guyot, Daniel Herpin
Rapporteurs / Rapporteuses : Lyne Cloutier, Jean-Michel Halimi

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

L’hypertension est la maladie chronique la plus fréquente dans le monde. Aussi, des mesures non médicamenteuses, nommément l’adhérence à une alimentation équilibrée (riche en fruits et légumes et réduite en sel), le maintien d’un poids normal, la pratique d’une activité physique régulière et une consommation d’alcool limitée, sont largement recommandées dans les textes de recommandations des sociétés savantes afin de prévenir l’hypertension et/ou d’améliorer le contrôle tensionnel des individus hypertendus. L’objectif de cette thèse était d’étudier les relations entre ces facteurs et le niveau de pression artérielle d’une part et le risque de survenue d’une hypertension à partir d’analyses transversales et prospectives des données de l’étude NutriNet-Santé, une e-cohorte française. Nos résultats rapportent que le niveau de pression artérielle est significativement associé à l’indice de masse corporel, à la consommation en fruits et légumes et plus largement à l’adhérence à une alimentation globale équilibrée, à la consommation d’alcool et au niveau d’activité physique ; confirment l’association entre le risque d’hypertension et les apports alimentaires de plusieurs facteurs nutritionnels et soulignent qu’une alimentation globalement saine et équilibrée pourrait fortement contribuer à prévenir l’hypertension. Enfin, nos résultats suggèrent que l’adhérence à l’ensemble des mesures non médicamenteuses pourrait diminuer de moitié le nombre de nouveau cas d’hypertension ou tout du moins retarder leur survenue.