Thèse soutenue

Les créoles de l'île Maurice des années 1930 à l'indépendance : processus de construction identitaire d'une communauté

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jérémy Chilin
Direction : Faranirina V. Rajaonah
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire, histoire de l'art et archéologie. Histoire africaine
Date : Soutenance le 26/09/2017
Etablissement(s) : Sorbonne Paris Cité
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Economies, espaces, sociétés, civilisations : pensée critique, politique et pratiques sociales (Paris ; 2000-2019)
Partenaire(s) de recherche : établissement de préparation : Université Paris Diderot - Paris 7 (1970-2019)
Laboratoire : Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (Paris ; 2014-....)
Jury : Président / Présidente : Alain Forest
Examinateurs / Examinatrices : Faranirina V. Rajaonah, Alain Forest, Catherine Fournet-Guérin, Mathieu Claveyrolas, Catherine Servan-Schreiber, Didier Nativel
Rapporteurs / Rapporteuses : Catherine Fournet-Guérin, Mathieu Claveyrolas

Résumé

FR  |  
EN

Entre 1936 et 1969, le groupe très hétérogène des Créoles de l’île Maurice va être projeté dans la longue décolonisation de son petit territoire insulaire. Dans la lutte pour l’acquisition de meilleurs droits sociaux et politiques, d’une égalité avec les colons, les Créoles deviennent une force politique incontournable. Mais, bien vite, affaiblis par leurs divisions et leurs fragilités socio-économiques, ils se font dépasser par la majorité indienne de cette île de plantations de l’Océan Indien. Il s’en suit la création d’un front chrétien qui va combattre une indépendance indienne redoutée par les minorités. Dans cette lutte, les Créoles vont enfin prendre conscience de l’identité de leur propre groupe. Mais lors de la défaite électorale de 1967 et les malheurs issus des émeutes de 1968 qui en découlent, ils comprennent, que, dans cette société plurale, le communalisme les a durement frappés. Entre l’exil et la mise en marge de la société mauricienne, cette nouvelle communauté, qui venait juste d’émerger des tourbillons de la décolonisation, s’enfonce dans une crise profonde, un « malaise créole » qui la poursuit dramatiquement jusqu’à aujourd’hui.