Thèse soutenue

Apprentissage et mémorisation de la trajectoire d'une cible visuelle en mouvement : étude neuro-psycho-physiologique chez le primate non-humain

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Clara Bourrelly
Direction : Patrick Cavanagh
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Neurosciences cognitives
Date : Soutenance le 30/11/2017
Etablissement(s) : Sorbonne Paris Cité
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Cognition, comportements, conduites humaines (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine ; 1996-....)
Partenaire(s) de recherche : établissement de préparation : Université Paris Descartes (1970-2019)
Jury : Président / Présidente : Karine Doré-Mazars
Examinateurs / Examinatrices : Patrick Cavanagh, Karine Doré-Mazars, Simon Thorpe, Jean-René Duhamel, Suliann Ben Hamed, Laurent Madelain, Francesca Sargolini, Laurent Goffart
Rapporteurs / Rapporteuses : Simon Thorpe, Jean-René Duhamel

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Suivre du regard un objet qui se déplace dans le champ visuel constitue un défi facilement relevé par le système nerveux central. Ce suivi consiste en une succession de mouvements rapides (saccades) et lents (poursuites) des yeux. La précision spatiotemporelle implique une annulation du délai entre l'activité rétinienne et la contraction des muscles extra-oculaires, et nécessite que la trajectoire de la cible soit connue et mémorisée. La question de l'élaboration de cette mémoire a été longtemps négligée, et les substrats neuronaux sous-jacents largement méconnus. L'objectif de mon travail était de mieux comprendre comment la trajectoire d'un objet est mémorisée et restituée lors du suivi oculaire d'une cible mobile. Il s'agissait en effet de caractériser comment s'opère la synergie entre les deux composantes oculaires (saccade et poursuite). Un premier versant comportemental, renseigne sur la mémorisation d'une trajectoire spatiotemporelle. Un second versant neurophysiologique, révèle le rôle du cervelet dans la restitution de cette trace mnésique. Au-delà de leur intérêt fondamental pour la neurologie, mes travaux apportent les prérequis pour accroître nos connaissances sur la mémorisation d'un évènement spatialement dynamique et pose les bases pour une compréhension neurophysiologique de la présence visuomotrice.