Thèse soutenue

L’Honneur dans l’œuvre de Stendhal. Enjeux éthiques, esthétiques et politiques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Makoto Uesugi
Direction : Paolo Tortonese
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Littérature française
Date : Soutenance le 06/10/2017
Etablissement(s) : Sorbonne Paris Cité
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Littérature française et comparée (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle (Paris)
établissement de préparation : Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris ; 1970-....)
Jury : Président / Présidente : Pierre Glaudes
Examinateurs / Examinatrices : Paolo Tortonese, Pierre Glaudes, Laure Lévêque, Christophe Reffait, Francesco Spandri, François Vanoosthuyse
Rapporteurs / Rapporteuses : Laure Lévêque, Christophe Reffait

Résumé

FR  |  
EN

Se présentant fréquemment dans l’oeuvre de Stendhal, la notion de l’honneur se caractérise par une complexité dans sa dimension pluridisciplinaire comme par son implication dans l’Histoire. Précédée par un examen préliminaire de la notion d’honneur dans une perspective historique et théorique, la première partie se consacre à l’analyse de l’honneur en tant que principe politique qui apparaît à Stendhal aussi condamnable que louable, impliquant régime monarchique et enthousiasme révolutionnaire. La partie suivante analyse la figure de plusieurs artistes de différentes époques dans les écrits biographiques de Stendhal. La manière idéale de vivre en artiste témoigne de la caducité de l’harmonie entre l’honneur et les arts qui invalide la formule cicéronienne "honos alit artes". La dernière partie retrace l’enquête stendhalienne sur l’honneur comme exigence d’une vengeance atroce marquant les moeurs de l’Italie du XVIe siècle, avant de mettre en clair, à travers quelques exemples tirés des oeuvres romanesques, la poétique propre à l’honneur dans la représentation de l’amour. Dégageant ces enjeux principaux de l’honneur, politiques, éthiques et esthétiques, l’étude se propose de montrer l’ambiguïté idéologique et axiologique de la notion d’honneur dans l’écriture stendhalienne. Elle vise également à éclairer, à travers cette notion qui se réfère nécessairement au passé, la façon dont Stendhal se situe face à son siècle en pleine mutation, soit à la modernité postrévolutionnaire.