Thèse soutenue

Les intendants de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne (1764-1821) : origines, carrières et intégration coloniale : essai prosopographique

FR  |  
EN  |  
ES
Auteur / Autrice : Marie-Pierre Lacoste
Direction : Michel Bertrand
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance le 20/04/2017
Etablissement(s) : Toulouse 2
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures (Toulouse)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : France Amériques Espagne - Sociétés, pouvoirs, acteurs (Toulouse)
Jury : Président / Présidente : Jean-Pierre Dedieu
Examinateurs / Examinatrices : Michel Bertrand, Mickaël Augeron, Josep Maria Fradera, Roberta Stumpf
Rapporteurs / Rapporteuses : Mickaël Augeron, Josep Maria Fradera

Mots clés

FR  |  
EN  |  
ES

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN  |  
ES

Introduit dans la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne en 1764, le système de l’intendance s’est progressivement diffusé à l’ensemble des territoires composant cette aire géographique. Mon travail porte sur les intendants de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne de 1764 à 1821 qu’ils aient été nommés en pleine propriété ou à titre provisoire. Nous avons mené une étude prosopographique de ces hommes pour l’ensemble des territoires de la vice-royauté (le royaume de la Nouvelle-Espagne, la capitainerie générale du Guatemala, la Louisiane, les îles de Cuba et de Porto Rico, l’archipel philippin). L’étude des origines géographiques, professionnelles et sociales des intendants nous a permis de déterminer le profil de ces agents envoyés aux Indes de Castille. L’analyse du recrutement a révélé ainsi l’importance du capital relationnel dans l’accès aux charges. Tout un pan de notre travail a été consacré dans un second temps à la notion de « carrière », au parcours professionnel. Faisait-on carrière au sein de l’institution de l’intendance ou cette charge constituait-elle une simple étape dans une carrière au service de l’administration de la monarchie ? Telles sont les deux questions qui ont servi de fil conducteur à cette partie. Nous avons aussi souhaité montrer que la charge d’intendant n’avait pas été seulement réservée aux Péninsulaires contrairement à ce que l’on a longtemps cru. Les Créoles ont bien été présents à la tête de l’institution. Notre dernière partie laisse enfin entrevoir l’intégration de certains de ces hommes à la société coloniale. 1821 n’a pas mis fin à la présence des Espagnols en Amérique. Le processus de créolisation a bien été une réalité historique.