Thèse soutenue

La dynamique des marchés énergétiques : essais sur l’efficience informationnelle et la prime de risque

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mouna Hdia
Direction : Fredj Jawadi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de gestion
Date : Soutenance le 03/07/2017
Etablissement(s) : Université Paris-Saclay (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de l'Homme et de la société (Sceaux, Hauts-de-Seine ; 2015-2020)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut Mines-Télécom-Business School. Laboratoire en Innovation, Technologies, Economie et Management (Evry, Essonne)
établissement opérateur d'inscription : Université d'Évry-Val-d'Essonne (1991-....)
Jury : Président / Présidente : Loredana Ureche-Rangau
Examinateurs / Examinatrices : Olivier Damette, Eric Paget-Blanc
Rapporteurs / Rapporteuses : Julien Chevallier, Jean-Luc Prigent

Résumé

FR  |  
EN

L’objet de cette thèse est d’étudier la dynamique des prix des matières premières, à travers l’étude du degré d’efficience de ces marchés et la dynamique de la prime de risque. A cette fin, ce travail de recherche a été autour de trois principaux chapitres : le premier étant d’ordre théorique tandis que les deux autres chapitres proposent deux essais empiriques. En particulier, le premier chapitre dresse le cadre conceptuel de cette étude, définit les concepts, rappelle les enjeux des stratégies de d’investissement et de diversification sur les marchés des matières premières. Il discute également l’état de la littérature relatif à nos questions de recherche. Le second chapitre applique des tests économétriques paramétriques et non paramétriques pour tester l’hypothèse d’efficience informationnelle à court et à long terme et montre que le degré d’efficience varie selon l’horizon temporel, la région et la commodité.En outre, il propose des simulations de portefeuilles bivariés pour illustrer plus concrètement les gains de diversification et repérer les stratégies d’investissement optimales. Dans le troisième chapitre, le modèle DCC-GARCH (1,1) est estimé pour étudier la dynamique de la prime de risque et expliquer ainsi les sources d’inefficience des marchés de matières premières. Nos résultats ne rejettent pas l’hypothèse de variabilité de prime de risque dans le temps appuyant l’alternance des marchés énergétiques entre l’inefficience à court terme et l’efficience à long terme.