Thèse soutenue

La dépersonnalisation : étude psychanalytique de la dimension contemporaine du phénomène

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : David Fradet
Direction : Alain Abelhauser
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance le 09/09/2017
Etablissement(s) : Rennes 2
Ecole(s) doctorale(s) : Éducation, Cognition, Langages, Interactions, Santé (ECLIS) (Nantes)
Partenaire(s) de recherche : COMUE : Université Bretagne Loire (2016-2019)
Laboratoire : Recherches en Psychopathologie, nouveaux symptômes et lien social
Jury : Président / Présidente : Pascale Macary
Examinateurs / Examinatrices : Yohan Trichet
Rapporteurs / Rapporteuses : Pascale Macary, Pascal Le Maléfan

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

La dépersonnalisation, un trouble au coeur de l'être. Le sujet atteint par cette pathologie a la sensation que la vie est unrêve ou une illusion tout en ayant conscience d'un temps où il lui semblait qu'il était plus ancré dans la réalité. Son rapport au corps est extrêmement modifié et celui à l'environnement aussi (déréalisation). Cette perte de sens peut conduire à la dépression et à une apathie générale. Le sujet ne se sentant plus arrimé à la réalité a tendance à se replier sur lui-même. A l'heure actuelle il n'y a pas d'accord sur la symptomatologie de la dépersonnalisation et elle contient assez de tableaux différents, selon les auteurs, pour permettre l'élaboration des théories les plus diverses. Symptôme, syndrome ou mécanisme de défense, nous retrouvons la dépersonnalisation à l'occasion de multiples pathologies et elle est observable dans toutes les structures. Consécutive à la forclusion du Nom-du-Père ou encore conséquence d'un traumatisme, son caractère transnosographique laisse à penser qu'elle est étroitement liée à la structure même du sujet. De l'Unheimlich de Freud à l'Extime de Lacan, la dépersonnalisation vient souligner la question de l'identité et pointe sa nature structurale.