Thèse soutenue

Le mégalithisme dans le sud de la Péninsule Ibérique : architecture, construction et usages des monuments de la région de Huelva, Andalousie Occidentale

FR  |  
EN  |  
ES
Auteur / Autrice : José Antonio Linares Catela
Direction : Luc LaporteJuan Carlos Vera Rodríguez
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Archéologie et archéométrie
Date : Soutenance le 18/12/2017
Etablissement(s) : Rennes 1 en cotutelle avec Universidad de Huelva (Espagne)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sociétés, temps, territoires (Angers)
Partenaire(s) de recherche : ComuE : Université Bretagne Loire (2016-2019)
Laboratoire : Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire (Rennes)

Mots clés

FR  |  
EN  |  
ES

Résumé

FR  |  
EN

La région de Huelva se démarque par la grande variabilité architecturale et par la singularité des monuments mégalithiques. L’étude de la région permet d'établir une séquence architecturale et une temporalité du Néolithique Récent jusqu’à l'Ancien Âge de Bronze. Pour cela, la recherche se concentre sur l'étude de trois domaines de monuments: l'architecture, la construction et les usages (funéraires, rituels et territoriaux). L'identification et la caractérisation des projets architecturaux des sites analysés (Los Llanetes et El Seminario) a été réalisée à travers une méthodologie orientée vers la connaissance des chantiers de construction, des architectures et des diachronies. La séquence architecturale de l'Andalousie occidentale comprend une temporalité du début du IVème au début du IIème millénaire av. n.è. Au cours de cette chronologie, plusieurs modèles de monuments et de rituels funéraires ont été érigés avec une variété de techniques constructives, représentant l'existence de styles régionaux ou de spécialisations locales selon les différents groupes sociaux. A titre de synthèse, la séquence régionale met en évidence le processus suivant : La construction des premiers dolmens au début du IVème millénaire cal. av. n.è, en témoignent les monuments à chambre ovale-allongée de Los Llanetes, bâtis le c. 3950-3750 cal av. n.è. Dans le sud de la péninsule, c. 3800 cal av. n., fait irruption le collectivisme funéraire comme un rituel de la mort, en développant des sépultures en dolmens à chambres simples, des tombes proto-mégalithiques, des caves-nécropoles ou des grottes sépulcrales ; La formation des dolmens à chambre-allongée, c. 3750-3650 cal av. n.è, de deux manières: a) des modèles ex novo; b) par des réaménagements et des transformations de monuments anciens, cas de Los Llanetes. La réitération de projets architecturaux similaires conditionnerait le développement de monuments allongés, comme l'a confirmé le dolmen 4 d'El Pozuelo, c. 3650-3200 cal av. n.è. Des caractéristiques et des formules architecturales similaires pourraient être présentées dans les «allées couvertes» d'Andalousie, construites pendant les siècles centraux et la seconde moitié du IVème millénaire av. n.è. ; Les dolmens à chambres doubles de Los Llanetes ont été construits sur les monuments précédents, c. 3650-3200 cal av. n.è, parallèle aux dolmens à couloir et aux structures allongées des autres zones. Les monuments à chambres multiples (El Pozuelo, Mesa de Las Huecas, Los Gabrieles, etc.) ont dû présenter des processus de transformation équivalents, étant des modèles uniques, particuliers et exclusifs de la région de Huelva et des zones environnantes ; Dans les différents monuments dolmeniques, des projets de monumentalisation ont été réalisés et des structures ont été aménagées dans les atriums et les espaces extérieurs selon les nouveaux usages rituels de l’Âge du Cuivre, c. 3300-2600 cal av. n.è, en plus de l'intégration d'autres constructions funéraires (tholoi) dans les monuments tumulaires, c. 2600-2250 cal av. n.è, cas du dolmen 2 de Los Llanetes ; La mise en place et la consolidation de trois modèles de monuments funéraires à l'Âge du Cuivre: les hypogées, les hypogées mixtes et les tholoi, comme en montré la séquence diachronique des sépultures collectives d'El Seminario, c. 3000-2400 cal av. n.è. Ces tombes partagent des éléments spatiaux et des gestes funéraires communs ; L'existence d'autres formes de monumentalité de l'Âge du Bronze Ancien, c. 2250-1950 cal av. n.è, à la suite de la réappropriation des espaces ancestraux: 1) les enceintes de terrasses du groupe de Los Llanetes; 2) le monumentalisme funéraire du Séminaire, intégrant des tombes individuelles (caves souterraines, fosses et structures à couverture tumulaire) et des tombes collectives (fosses) dans les sépultures chalcolithiques ; Réutilisation dans diverses phases de l'Âge du Bronze et dans plusieurs périodes historiques.