Thèse soutenue

La capitalisation de savoirs issus de l’expérience à partir du discours d’entraîneurs de haut niveau experts

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Stéphane Couckuyt
Direction : Philippe Sarremejane
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de l’éducation
Date : Soutenance le 18/12/2017
Etablissement(s) : Paris Est
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole doctorale Cultures et Sociétés (Créteil ; 2015-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire interdisciplinaire de recherche sur les transformations des pratiques éducatives et des pratiques sociales (Créteil)
Jury : Président / Présidente : Géraldine Rix-Lièvre
Examinateurs / Examinatrices : Philippe Sarremejane, Alain Mouchet, Jean-François Robin
Rapporteurs / Rapporteuses : Marc Cizeron

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Les entraîneurs s’appuient sur leur expérience et celle de leurs pairs pour prendre des décisions et agir. Cette expérience est peu capitalisée. Dans ce contexte, une recherche sur la capitalisation des savoirs issus de l’expérience d’entraîneurs de haut niveau experts est menée. Après une revue de littérature sur la capitalisation des savoirs, des questions émergent. Comment identifier le porteur d’expérience et ce qui est capital dans son expérience ? Quel recueil des savoirs mettre en oeuvre ? Le passage de l’expérience, intime, à des savoirs, extimes, est-il possible ?L’expérience et sa communication, le capital et le capital immatériel, les savoirs et notamment les savoirs détenus et objectivés, ainsi que le concept d’expertise sont les principaux éléments du cadre théorique. La méthode consiste en la mise en oeuvre d’une opération de capitalisation des savoirs auprès des dix entraîneurs de Haut Niveau experts officiant sur des Pôles France. Cette recherche en optimisation vise ainsi à produire des savoirs pour rationaliser la capitalisation des savoirs d’expérience et à produire des savoirs pour mieux comprendre le passage de l’expérience à des savoirs.En plus de la production de savoirs liés à l’optimisation de chaque étape de la capitalisation des savoirs d’expérience d’entraîneurs, des notions émergent à partir des résultats : les « îlots de capitalisation », le « savoir capital pour autrui ». La recherche montre que les produits du processus de communication de l’expérience sont des savoirs extimes, non détenus mais pas systématiquement objectivés. La question de l’existence d’une catégorie intermédiaire de savoirs entre « détenu » et « objectivé » est soulevée.