Thèse soutenue

Le négatif à l’œuvre dans le processus adolescent

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jessica Jourdan-Peyrony
Direction : François Pommier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance le 01/12/2017
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Connaissance, langage, modélisation (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : CLInique PSYchanalyse Développement (2014-... ; Nanterre)
Jury : Président / Présidente : François Marty
Examinateurs / Examinatrices : François Pommier, François Marty, Anne Brun, Vincent Estellon, Nathalie de Kernier
Rapporteurs / Rapporteuses : Anne Brun, Vincent Estellon

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail de recherche propose d’explorer différentes scènes thérapeutiques (psychodrame, psychothérapie en institution, médiation thérapeutique basée sur la confection et la mise en scène de masques et expression corporelle) pour décliner le travail du négatif – du pôle oppositionnel jusqu’au vide de représentation- et ses conséquences sur le processus adolescent. Il sera supposé que l’accueil des mouvements négatifs, destructeurs, informes ou marqués par la béance, des adolescents et leur élaboration à travers la matière, le corps et le processus de création permet de soutenir le processus de subjectivation. Seront abordés le remaniement identificatoire, l’appropriation subjective qui passe par le corps et l’analyse du contre-transfert en vue de mieux saisir la problématique adolescente lorsque le thérapeute se constitue comme médium malléable. En référence au négatif photographique retrouvé chez Freud et chez Anzieu, une attention sera portée à la modélisation des enveloppes psychiques et au destin des pulsions, notamment dans l’attachement au négatif. Le travail du négatif sera analysé à partir de la matrice proposée par Winnicott et reprise par Roussillon : destructivité, réflexivité, créativité et subjectivation. Trois figures potentielles du négatif s’incarneront dans le masque, la destructivité et l’obésité. Il sera également question du double dans les identifications et la considération de l’axe narcissico-objectal théorisé par Jeammet pour mieux saisir les enjeux intrapersonnels et intersubjectifs. La dimension groupale sera aussi analysée dons son rapport à la négativité.