Thèse soutenue

La promesse du durable : situations de conception architecturale en Inde

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Derya Ozel
Direction : Gilles TaraboutSophie Houdart
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Ethnologie
Date : Soutenance le 16/01/2017
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Espaces, Temps, Cultures (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (Nanterre ; 1967-...)
Jury : Président / Présidente : Antoine Hennion
Examinateurs / Examinatrices : Gilles Tarabout, Sophie Houdart, Antoine Hennion, Mathieu Claveyrolas, Sophie Brones, Alessia de Biase
Rapporteurs / Rapporteuses : Antoine Hennion, Mathieu Claveyrolas

Résumé

FR  |  
EN

Ce travail porte sur la conception du « durable » dans le milieu de l'architecture en Inde. Il s'appuie, notamment, sur deux séjours effectués en 2011 et en 2012, dans une agence d'architecture dans la ville d'Ahmedabad (dans l’État du Gujarat) et dans un bureau d'études dans la ville de Bombay (dans l’État du Maharashtra). L'arrivée des labels sur le marché de l'immobilier et de la construction permet de mettre au goût du jour l'idée de « durabilité » dans la conception architecturale et de raviver un débat typiquement local. La polémique concerne, plus précisément, la mise en œuvre des labels « LEED » d'origine nord-américaine. Ce « durable » « occidental » et procédural, qui sert des logiques économique et de marketing, ne représente pas, selon les architectes, l'« authentique ». Or, l'Inde est le pays, par excellence, du « durable » : il suffit de regarder autour de soi les modes de vie, la culture indienne, ou évidemment, l'architecture « traditionnelle » et « vernaculaire ». Au delà de cette rhétorique entre tradition et modernité, en suivant dans les petits détails des projets d'architecture en train de se faire, l'enquête ethnographique montre les similarités entre ces deux lieux de conception. Le devenir du « durable » est lié, d'une manière ou d'une autre, à l'idée d'engagement et de conviction. L'idéal de « durabilité » ne repose pas tant sur une certitude (qui demeure pour le reste toujours plus ou moins relative selon les acteurs), mais sur le quotidien et les pratiques qui tendent à le faire vivre et à lui donner corps le plus possible.