Thèse soutenue

Mimésis et Langues des Signes : étude pragmatique de stratégies et dynamiques sémiotiques mimétiques observées dans des interactions spontanées en contextes émergent et international

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Fanny Macé
Direction : Christian Cuxac
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Linguistique des Langues des Signes
Date : Soutenance le 13/10/2017
Etablissement(s) : Paris 8
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Cognition, langage, interaction (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Structure formelle du langage
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Christian Cuxac, Jordan Zlatev, Philippe Monneret, Marie-Anne Sallandre, Marie-Thérèse L'Huillier
Rapporteurs / Rapporteuses : Jordan Zlatev

Résumé

FR  |  
EN

Motivée par le constat d’une absence de consensus en linguistique des langues des signes quant aux propriétés symboliques et systémiques des pantomimes des langues signes, cette thèse s’intéresse aux enjeux épistémologiques liés à l’étude des articulations entre les facultés mimétique et langagière. Partant de l’hypothèse développée par le cadre sémiologique de la théorie de l’iconicité de l’existence d’un va-et-vient structurel de l’iconicité linguistique, impliquant notamment un potentiel à la plasticité sémiotique en contexte adaptatif, le corpus vidéo d’interactions spontanées sur les terrains du contact en langue des signes émergente et en langue des signes internationalisée donne à voir le déploiement de stratégies mimées non conventionnelles. L’analyse qualitative de l’annotation confronte la structure linguistique des productions à leurs éventuels fondements pragmatiques mimétiques en identifiant la présence de simulations performatives d’action et de perception et de stratégies tactiles. Y sont également observées des dynamiques sémiotiques interactionnelles qui relèvent de la mimésis, tels que des effets miroir et des effets de synchronisation. Ces matériaux théoriques et empiriques permettent d’approfondir la réflexion relative à la problématique du continuum de l’agir au dire. Ils proposent également que le concept de mimésis soit légitimé en sciences du langage, comme matrice ontologique et sociale, liée à la construction cognitive, psychique et culturelle, et comme force double, entropique quand elle est porteuse de créativité (dimension poétique), néguentropique quand elle est porteuse de conventionnalisation (dimension imitative).