A hantologie de Sartre : sobre a espectralidade em o ser e o nada

par Fernanda Alt Froes Garcia

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Renaud Barbaras et de Marcos André Gleizer.

Soutenue le 11-04-2017

à Paris 1 en cotutelle avec l'Universidade do Estado do Rio de Janeiro , dans le cadre de École doctorale Philosophie (Paris) , en partenariat avec Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (Paris) (équipe de recherche) et de Universidade do Estado do Rio de Janeiro (Etablissement d'accueil) .

Le président du jury était Franklin Leopoldo e Silva.

Le jury était composé de Renaud Barbaras, Marcos André Gleizer.

Les rapporteurs étaient Luiz Damon Santos Moutinho, Jean-Luc Amalric.

  • Titre traduit

    L'hantologie de Sartre. Sur la spectralité dans l'Être et le Néant : sur la spectralité dans l'Être et le Néant


  • Résumé

    Il est aujourd'hui possible d'affirmer que, depuis la publication de L'Être et le Néant, s'est imposée une interprétation dominante, fondée sur la lecture de cet ouvrage, de l'ontologie de Jean-Paul Sartre. Les traces les plus marquantes de cette lecture peuvent être attribuées au travail critique de Merleau-Ponty, dont la philosophie s'est développée en partie par affinité avec la pensée sartrienne et en partie en opposition avec elle. En fait, plutôt qu'une simple opposition, la critique merleau-pontyenne opère un questionnement approfondi des principes fondamentaux de l'ontologie sartrienne, en particulier ce qui concerne le problème du dualisme. La présente thèse met en question la lecture de Merleau-Ponty -et avec elle la vision dominante plus générale qui s'est constituée de L'Être et le Néant -, en proposant une autre lecture qui vise, non pas simplement à offrir des réponses aux apories posées par l'apparent dualisme de Sartre, mais à principalement rendre possible la reprise de cette pensée d'une manière originale. Ainsi, le passage par la critique de Merleau-Ponty a signifié non pas une défense unilatérale du texte, mais plutôt une exploration des propres ambiguïtés de Sartre par d'autres chemins, indiquant une richesse peu exploitée de sa philosophie. Il a fallu alors présenter en quoi consistent les problèmes inhérents à la division établie par Sartre entre les modes d'être du pour-soi et de l'en­soi, à partir d'un déplacement des argumentations de Merleau-Ponty, et rendre manifestes les impasses révélées à la reprise de la question du dualisme en termes d'être et de néant, subjectivité et objectivité. Notre travail a consisté à démontrer qu'il y a des éléments implicites dans le texte -ou même explicites, mais non exploités -qui permettent de dépasser les difficultés posées par le dualisme. Inspirée par certaines analyses de Jacques Derrida sur les spectres, nous appelons spectralité la couche implicite de l'œuvre qui, en surgissant, ébranle la base dualiste qui paraissait la soutenir. En faisant émerger la couche spectrale, nous révélons aussi l'omniprésence et le caractère essentiel des relations de hantise, à tel point que nous comprenons l'ontologie de Sartre comme une hantologie, pour souligner la pertinence et la prédominance de telles relations. A partir de cette perspective, il est possible de voir non seulement qu'un dualisme rigide entre pour-soi et en-soi ne rend pas compte d'une multiplicité de modes d'être dans le texte sartrien, ni non plus de l'importance des relations de hantise qui garantissent l'imbrication des régions ontologiques, parfois considérées comme incompatibles. Cette lecture démontre finalement qu'un mode de présence non intuitive des spectres ébranle la supposée "pureté" lumineuse de la conscience qui s'est établie comme paradigme du sujet sartrien, dans la mesure où la hantise démontre un type singulier d'opacité qui finalement inscrit le sujet dans le monde et obscurcit sa relation à soi.

  • Titre traduit

    Sartre's hauntology : on the spectrality in Being and Nothingness


  • Résumé

    Today, it's possible to affirm that, since the publication of Being and Nothingness (L 'Être et le Néant), a certain reading based on this work has consolidated and established itself as the dominant interpretative view over Jean-Paul Sartre's ontology. This reading's most remarkable traces can be attributed to Merleau-Ponty's critical work, whose philosophy has developed in part because of an affinity which, at the same time, claimed for an opposition to Sartre's thinking. Merleau-Ponty's critical view, however, cannot actually be described as a simple opposition, since it leads to the deeper questioning of aspects which form the groundwork of Sartre's ontology, specially concerning the problem of dualism. This thesis calls into question Merleau­Ponty's reading - as well as the more general dominant view that has formed about L 'Être et le Néant - while proposing another interpretation, which does not aim at simply offering answers to the resulting aporias of Sartre' s apparent dualism, but primarily at amplifying the possibility to return to such line of thought through an original path. Thus, going over Merleau-Ponty's critical view did not mean defending a text has a single meaning; though it did suggest that Sartre's ambiguities could be worked with in other ways, indicating a seldom explored depth in his philosophical thinking. It was then necessary to explain the division established by Sartre between the modes of being For-itself and Being- in-itself, and its inherent problems. Moreover, after the displacement of Merleau-Ponty's arguments, it was essential to highlight the impasses revealed when reconsidering the issue of dualism in terms of being and nothingness, subjectivity and objectivity. Our work consisted in demonstrating there are implicit - or even explicit, but unexplored - elements in the text which allow us to surpass the difficulties created by the dualism. By way of an inspiration caused by a few analyses of specters by Jacques Derrida, we refer to spectrality as the implicit layer, which might arise from the work, undermining the dualistic basis seemingly supporting it. By making the spectral layer emerge, we also reveal the omnipresence and the essential character of the haunting (hantise) relations, to the point of understanding Sartre's ontology as an hauntology, and stressing the significance and predominance of such relations. From this perspective, it is possible to observe not only that a rigid dualism between the For-itself and the in Being-in-itself cannot encompass the multiple modes of being present in Sartre 's work, but also the relevance of the haunting relations as those which guarantee the imbrication of the ontological regions, at times taken as incompatible. Finally, this reading demonstrates how a spectral mode of non-intuitive presence disrupts the supposed luminous "purity" of conscience which bas stablished itself as a paradigm of Sartre's view of the subject, insofar as the haunting shows a unique kind of opacity which ultimately inscribes the subject in the world and overshadows his relationship to himself.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.