Thèse soutenue

Marché russe des modes françaises en 1700-1825 : jeux politiques, acteurs, produits, contrebande

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Anastasia Bogomolova
Direction : Dominique Margairaz
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance le 23/11/2017
Etablissement(s) : Paris 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale d'Histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institutions et dynamiques historiques de l'économie et de la société (France). Equipe (Nanterre)
Jury : Président / Présidente : Marie-Pierre Rey
Examinateurs / Examinatrices : Dominique Margairaz, Marie-Pierre Rey, Pierrick Pourchasse, Pierre Gervais
Rapporteurs / Rapporteuses : Pierrick Pourchasse, Pierre Gervais

Résumé

FR  |  
EN

L'enjeu de l'étude est de saisir l'organisation du marché russe des modes françaises au XVIIIe-XIXe siècles, d'analyser son évolution et les facteurs dont il est tributaire. Créée artificiellement par les lois vestimentaires de Pierre le Grand, la demande pour les toilettes européennes devient naturelle dans le contexte de la gallomanie. Cependant, la consommation reste principalement étroite et aristocratique en raison de la valeur élevée des produits de mode importés. Pour les fabricants français, la Russie représente un débouché incontournable qui consomme une partie importante des soieries et autres articles de mode. Le marché russe ne se résume pas aux exportations directes indiquées dans statistiques qui sous-estiment son importance, il englobe également un vaste trafic indirect qui transite via l'Allemagne, mais aussi les flux illégaux. L'importation considérable des marchandises françaises de luxe contredit les intérêts des autorités russes qui s'efforcent de la contrôler afin de stimuler les industries nationales. Le marché évolue sous l'impact de la politique douanière protectionniste de l'Empire russe et les guerres qui le rendent instable, en particulier pour les fabricants et les commerçants. Si les échanges sont régulièrement perturbés, ils ne se rompent pas. Les liens entre les fabricants français et les consommateurs russes se révèlent plus forts que les contraintes législatives et les conflits internationaux. L'adaptation du marché russe aux circonstances défavorables passe par la mise en place de nouveaux circuits, légaux ou illicites qui permettent de faire triompher les lois de l'offre et de la demande.