Thèse soutenue

Variations des concentrations en mercure dans les réseaux trophiques marins de l'Océan Pacifique Sud : état des lieux, caractérisation des sources et relations avec la dynamique trophique et physique du milieu

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Patrick Houssard
Direction : Yves LetourneurAnne LorrainDavid Point
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie des organismes
Date : Soutenance le 13/04/2017
Etablissement(s) : Nouvelle Calédonie
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale du Pacifique (Faaa ; 2005-....)
Partenaire(s) de recherche : instrument de coopération régionale de la France dans le Pacifique. Financé par des crédits du ministère des Affaires étrangères : Fonds de coopération économique, sociale et culturelle pour le Pacifique
Equipe de recherche : Institut de recherche pour le développement (France). Centre de Nouméa - Laboratoire des sciences de l’environnement marin (Plouzané, Finistère)
organisation internationale de conseil technique, scientifique et stratégique, d’assistance, de formation et de recherche au service de ses membres insulaires océaniens : Commission du Pacifique sud (1947-1998)
Jury : Président / Présidente : Paco Bustamante
Examinateurs / Examinatrices : David Point, Paco Bustamante, Yves Cherel, Frédéric Ménard, Mireille Harmelin-Vivien
Rapporteurs / Rapporteuses : Yves Cherel, Frédéric Ménard

Résumé

FR  |  
EN

Le mercure est un métal présent naturellement dans l’environnement qui a la particularité, sous sa forme organique (le monométhylmercure; MMHg), de se bioaccumuler dans les organismes et de se bioamplifier le long des chaînes alimentaires. Depuis la prise de conscience de la toxicité du MMHg, les travaux se sont multipliés pour comprendre où et comment le MMHg est produit puis incorporé dans les réseaux trophiques marins. Les réponses à ces questions sont primordiales afin d’anticiper le devenir du MMHg dans les espèces commercialisées dans un contexte d’augmentation des émissions de mercure et de changement climatique.Ce travail de thèse s’inscrit dans cette démarche en étudiant les variations spatiales de mercure total contenu dans le muscle de trois espèces de thons: les thons obèses, germons et jaunes, capturés dans le Pacifique sud. Une tendance spatiale similaire a été observée pour les trois espèces avec des concentrations plus élevées dans la zone sud-ouest par rapport à la zone ouest-équatoriale. Ce patron semble être en partie expliqué par des modifications de l’alimentation des espèces en lien avec la structure thermique de la colonne d’eau. La combinaison de mesures des isotopes stables de l’azote et de marqueurs électroniques ont permis de mettre en évidence un approfondissement de l’habitat vertical des thons obèses vers la Nouvelle-Calédonie, leur permettant de se nourrir sur des proies profondes probablement plus concentrées en MMHg. De plus, les profils de MMHg dissous de la partie sud-ouest Pacifique suggèrent une plus forte production de MMHg dans la zone épipélagique augmentant la biodisponibilité du MMHg à la base des chaînes alimentaires pélagiques.