Thèse soutenue

Synthèse de métallophosphates poreux biosourcés pour des applications environnementales et biomédicales

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jessica Viviana Hinostroza Ramos
Direction : Angélique Simon Masseron
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Chimie des matériaux
Date : Soutenance le 01/03/2017
Etablissement(s) : Mulhouse
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Physique et chimie-physique (Strasbourg ; 1994-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut de Science des Matériaux de Mulhouse - Institut de Science des Matériaux de Mulhouse

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse s’intéresse à la synthèse biosourcée de métallophosphates poreux pour trouver des solutions à l’épuisement des réserves naturelles de sources de phosphore qui servent habituellement à l’élaboration des réactifs inorganiques phosphorés (ex. H3PO4). Ceux-ci sont notamment utilisés pour la synthèse des métallophosphates poreux. Ces derniers possèdent des propriétés importantes dans les domaines de la catalyse, de l’adsorption et de la séparation. Toutefois il existe d’autres domaines peu étudiés tels que le biomédical et l’environnement où ces matériaux sont aussi utilisés. Au cours de cette thèse, la synthèse de zincophosphates et d’aluminophosphates poreux biosourcés a été réalisée à partir de différentes biomolécules (la caséine et les nucléotides) par la voie hydrothermale. Plusieurs paramètres de synthèse ont été étudiés (pH, température de synthèse, concentration des réactifs, influence des conditions de calcination ...). Les solides ont été caractérisés à l’aide de différentes techniques instrumentales (DRX, MEB, RMN31P, manométrie de N2, spectrofluorimétrie ...). Les propriétés antibactériennes et cytotoxiques des zincophosphates éventuellement enrichis en nanoparticules d’argent synthétisées à partir de caséine ont été évaluées sur la souche bactérienne Escherichia coli K 12 et des cellules ostéoprogénitrices STRO1A+ respectivement. Ces travaux situés à l’interface de la chimie des matériaux et de la biologie permettent d’envisager l’application des nouveaux métallophosphates synthétisés dans les domaines émergents du biomédical et de l’environnement.