Thèse soutenue

Analyse des effets singuliers et des mécanismes de fautes dans des mémoires SRAM, FRAM et NAND Flash : application au projet de nanosatellite MTCube

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Viyas Gupta
Direction : Luigi DililloFrédéric Wrobel
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Électronique
Date : Soutenance le 06/07/2017
Etablissement(s) : Montpellier
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Information, Structures, Systèmes (Montpellier ; 2015-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut d'électronique et des systèmes (Montpellier)
Jury : Président / Présidente : Laurent Dusseau
Examinateurs / Examinatrices : Luigi Dilillo, Frédéric Wrobel, Laurent Dusseau, Véronique Ferlet-Cavrois, Alessandro Paccagnella, Julien Mekki, Georgios Tsiligiannis, Frédéric Saigné
Rapporteurs / Rapporteuses : Véronique Ferlet-Cavrois, Alessandro Paccagnella

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

L’environnement radiatif spatial est un environnement sévère qui agit sur tout composants électroniques embarqués sur des engins spatiaux, y compris sous le bouclier naturel que nous procure le champ magnétique terrestre en orbite basse. Bien qu’il soit possible, en particulier à ces orbites, de se protéger efficacement contre les particules créant de la dose totale ionisante, cela pose plus de difficultés pour les particules générant des effets singuliers. Cela est d’autant plus un problème que l’utilisation des composants commerciaux (dits « COTS »), non conçus pour de telles applications, sont de plus en plus utilisés. Dans le cadre de cette thèse, les effets singuliers sur trois types de mémoires sont étudiés: SRAM, FRAM et NAND Flash. En se basant sur l’analyse des résultats de tests, les mécanismes d’erreurs induits par des particules générant des effets singuliers sont analysés. Avec pour objectif d’étudier et comparer la sensibilité de ces mémoires directement en orbite, l’expérience RES (Radiation Effect Study) a été développée et est présentée dans ce manuscrit. Cette expérience scientifique constituera la charge utile du nanosatellite de type CubeSat nommé MTCube (Memory Test CubeSat) developpé à l’Université de Montpellier en collaboration entre le Centre Spatial Universitaire Montpellier-Nîmes, et les laboratoires LIRMM et IES. Ce nanosatellite est financé par l’ESA (Agence Spatial Européenne).