Thèse soutenue

Humains, bovins et prairies naturelles : une histoire commune de réciprocité et d'échange marchand

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : María Fernanda de Torres Álvarez
Direction : Éric SabourinJocelyne Porcher
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Ethnologie
Date : Soutenance le 29/05/2017
Etablissement(s) : Montpellier 3
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement (Montpellier ; 2015-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : ART-Dev - Acteurs, Ressources et Territoires dans le Développement - Acteurs- ressources et territoires dans le développement / ART-Dev
Jury : Président / Présidente : Alexandre Surrallés
Examinateurs / Examinatrices : André Bourgeot, Estelle Deléage, Pascale Maïzi

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Le projet de recherche entend contribuer a la compréhension des transformations de l’élevage en Uruguay à partir de l’analyse anthropologique et microsociologique des relations humains-écosystème-animaux et des différents types de connaissances associés aux modèles de développement proposés par les politiques publiques depuis le XX siècle. L’hypothèse centrale part de l’existence d’au moins trois types d’élevage qui cohabitent actuellement, mais qui ont été différenciés dans le temps (spéciation), et se caractérisent par des modalités spécifiques de relations avec l’animal et l’écosystème s’appuyant sur des registres de connaissances différenciés. Mon hypothèse soutient que le processus actuel d’intensification tend à substituer les pratiques et relations de réciprocité par des relations d’échange mercantile qui augmentent la vulnérabilité du système de production comme des socio écosystème, en s’appuyant sur des critères technologiques distants de l’expérience concrète et du savoir-faire local en matière d’élevage. Le projet propose une ethnographie de ces relations homme-écosystème-animal et de leur transformation sur trois types de territoire d’élevage d’Uruguay et dans deux institutions du pouvoir exécutifs qui conduisent la fabrication des politiques publiques d’élevage. Ceux-ci sont : une zone protégé (parc national) á l’est de Uruguay; une région au nord de caractère traditionnel ; une région Centre-Sud où il coexiste agriculture et élevage ; finalement, deux agences techniques les conseillers politiques publiques sur le bien-être animal et la conservation des prairies naturelles.