Thèse soutenue

Etude microtomographique de l'endocrâne de reptiles marins (Plesiosauria et Mosasauroida) du Turonien (Crétacé supérieur) du Maroc : implications paléobiologiques et comportementales

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Rémi Allemand
Direction : Nathalie BardetPeggy VincentAlexandra Houssaye
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Paléontologie
Date : Soutenance le 21/11/2017
Etablissement(s) : Paris, Muséum national d'histoire naturelle
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la nature et de l'Homme - Évolution et écologie (Paris ; 1995-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de recherche en paléontologie (Paris ; 2009-....)
Jury : Président / Présidente : Nour-Eddine Jalil
Examinateurs / Examinatrices : Nathalie Bardet, Nour-Eddine Jalil, Vera Weisbecker, Torsten Scheyer, François Brischoux, Éric Buffetaut
Rapporteurs / Rapporteuses : Vera Weisbecker, Torsten Scheyer

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

En reflétant une image plus ou moins fidèle du cerveau, l’endocrâne permet d’accéder au système nerveux des espèces fossiles. A partir de spécimens exceptionnellement préservés de mosasaures (Squamata) et de plésiosaures (Sauropterygia), provenant des affleurements turoniens de Goulmima (sud du Maroc), ce travail a pour but de décrire, pour la première fois en détail l'anatomie endocrânienne de ces deux grands clades de reptiles marins du Mésozoïque. Cette étude a pour but d’inférer leurs capacités sensorielles permettant de comprendre leur cohabitation, leurs interactions et leur position au sein du réseau trophique. L'anatomie endocrânienne des squamates actuels, principalement des serpents mais aussi des varans et des amphisbènes, presque inconnus jusqu'à présent, a également été étudiée à des fins comparatives afin d’analyser les relations forme-fonction associées aux endocrânes. La variabilité morphologique de l’endocrâne chez les squamates actuel démontre un signal phylogénétique mais également écologique. De plus, la taille relative de chaque structure endocrânienne révèle des différences de vision et d'olfaction selon les espèces. Parmi les taxons fossiles, la microtomographie a été utilisée pour reconstituer en détail la morphologie crânienne de trois nouveaux spécimens de plésiosaures. Deux de ces spécimens ont été assignés à l’élasmosaure Libonectes morgani et le troisième à un polycotylidé indéterminé. La morphologie 3D de l'endocrâne a été reconstruite pour ces spécimens ainsi que pour le mosasaure basal Tethysaurus nopcsai. La morphologie endocrânienne des plésiosaures diffère de celles retrouvées chez les vertébrés éteints et actuels. En se basant sur la taille relative des structures composant leurs endocrânes, le mosasaure Tethysaurus et les plésiosaures semblent davantage utiliser la vision que l'olfaction pour interagir avec leur environnement. Ces nouvelles données endocrâniennes, ajoutées aux informations déjà disponibles dans la littérature, suggèrent différents modes de locomotion et techniques de chasse, ce qui leur a probablement permis de coexister à Goulmima en tant que prédateur.