Thèse soutenue

Les objets de nature : Quelles places dans la ville ? Conditions d’appropriation des dispositifs de gestion des eaux pluviales de la métropole lyonnaise

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Sébastien Ah Leung
Direction : Jean-Yves ToussaintSophie Vareilles
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Géographie, Aménagement, Urbanisme
Date : Soutenance le 23/06/2017
Etablissement(s) : Lyon
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences sociales (Lyon)
Partenaire(s) de recherche : établissement opérateur d'inscription : Institut national des sciences appliquées (Lyon ; 1957-....)
Laboratoire : Environnement, ville, société (Lyon ; 1995-....) - Environnement Ville Société / EVS
Jury : Président / Présidente : Catherine Carre
Examinateurs / Examinatrices : Jean-Yves Toussaint, Sophie Vareilles, Catherine Carre, Cyrille Harpet, Anne Honegger, Denis Martouzet
Rapporteurs / Rapporteuses : Catherine Carre, Cyrille Harpet

Résumé

FR  |  
EN

En France, face aux problèmes liés au réseau d’assainissement hérité du XIXème siècle, une solution consiste à gérer les eaux pluviales par des techniques « alternatives » au réseau. Le « tout tuyau » fait place à un ensemble d’objets techniques hybrides, composés d’éléments naturels et de matériaux synthétisés. Ces « objets de nature » présentent une apparence mixte (naturelle/artificielle) et assurent des fonctions multiples qui peuvent rendre leur intégration difficile. Dans quelles mesures l’appropriation des objets de nature par les publics est-elle difficile? Comment s’établit la place des objets de nature dans la ville? Cette thèse vise plusieurs objectifs. Il s’agit de renseigner les relations entre publics et objets de nature, d’obtenir des éléments sur les pratiques et usages des publics et d’apporter une réflexion sur la manière d’étudier les comportements humains. Pour se faire, trois enquêtes basées sur de l’observation directe doublée par une prise d’images systématisée ont été menées au cours de quatre saisons et à travers 12 études de cas réparties au sein de la métropole lyonnaise. Ces enquêtes ont tout d’abord permis de préciser la construction de l’objet de nature en tant qu’instrument à travers le concept de genèse instrumentale de Rabardel. Ensuite, les pratiques, usages ainsi que les conditions d’utilisation des dispositifs ont pu être définis grâce aux comportements observés chez les publics. Enfin, les avantages et limites de l’observation directe et des conditions d’analyse des données ont été discutés dans le but d’apporter des pistes d’amélioration à cette méthodologie pour de futures études.