Thèse soutenue

Essais sur la Migration Mexicaine vers les Etats-Unis ´

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Tatiana Martinez Zavala
Direction : Sylvie DémurgerJean-Paul Azam
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance le 10/11/2017
Etablissement(s) : Lyon
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences économiques et gestion (Lyon)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Groupe d'Analyse et de Théorie Economique Lyon - St-Etienne (Lyon ; 1997-....)
Laboratoire : Groupe d'analyse et de théorie économique / GATE Lyon Saint-Étienne
Jury : Président / Présidente : Rémi Bazillier
Examinateurs / Examinatrices : Sylvie Démurger
Rapporteurs / Rapporteuses : Flore Gubert, Simone Bertoli

Résumé

FR  |  
EN

Chapitre 1Le développement local et la décision de migrer : migration mexicaine vers les Etats-Unis La migration mexicaine vers les Etats-Unis est l’un des plus grands phénomènes mi-gratoires et est soumise à un large éventail d’études sur plus de 11 millions d’immigrants mexicains aux Etats-Unis, ce qui représente près d’un dixième de la population du Mexique et un tiers de tous les personnes habitants aux Etats-Unis et nées à l’étranger. Le document se compose d’un modèle de théorie des jeux simple qui vise à illustrer la relation entre les résultats du développement et la décision de migrer et donc de motiver et de fournir un cadre pour l’analyse empirique. En outre, le modèle intègre un facteur qui a récemment été mis en lumière comme jouant un rôle dans la décision de migration : le crime organisé. Nous testons les résultats du modèle de façon empirique en utilisant les données de Mexique et nous proposons des effets différents pour les migrants légaux et illégaux. Les résultats pour les migrants illégaux sont conformes à notre cadre théorique et soutiennent l’importance des variables de développement locales en tant que déterminant de la migration.Chapitre 2Aide internationale, migration illégale et criminalité organiséeDans ce chapitre, le lien entre l’aide étrangère, la migration illégale et le développement est étudié dans un cadre théorique. Nous modélisons un jeu séquentiel d’un gouvernement étranger qui décide de ses politiques de contrôle aux frontières et d’aide étrangère, et du gouvernement du pays d’origine qui décide du niveau d’investissement dans le développement local. Dans ce cadre, l’aide est utilisée pour lutter contre les organisations criminelles dans le pays d’origine, car ils représentent une externalité négative pour le donateur. Les migrants potentiels prennent ensuite leurs décisions de migration après avoir observé les décisions des gouvernements. Le modèle suggère que les flux migratoires sont réduits par les dépenses de développement et que l’existence de la criminalité organisée réduit le niveau optimal d’aide allouée étant donné que le crime fonctionne comme un outil supplémentaire pour réduire la migration illégale. Le mod`èle est ensuite testé de manière empirique à l’aide d’un modèle d’équation simultané utilisant des données de plusieurs pays maillés, d’un côté, des pays qui reçoivent l’aide internationale et envoient des migrants, et de l’autre des pays qui accueillent des migrants et donne l’argent de l’aide internationale. La plupart des prédictions des modèles sont soutenues par notre spécification empirique, ce qui suggère en effet une réduction de l’allocation de l’aide lorsque la migration et le crime sont élevés.Chapitre 3La chute de la mobilité lors du d´eplacement : une étude sur la mobilité sociale des migrants mexicains vers les Etats-Unis Ce chapitre vise à étudier l’impact de la migration parentale sur leurs enfants. Concrètement, nous cherchons inférer l’impact causal de la migration américaine sur la transmission intergénérationnelle de l’éducation au Mexique. Ainsi, en ciblant la population migrante du point de vue de la source-pays, notre document contribue à la littérature avec une étude unique des effets de la migration sur la mobilité ´éducative. En utilisant les données des ménages mexicains, nous examinons les changements des niveaux de scolarité des individus par rapport à ceux de leurs parents et selon le statut de migration de leurs parents au cours de leur enfance. Nous exploitons les données historiques pour résoudre l’endogénéité de la décision de migrer à travers une approche des variables instrumentales, ce qui nous permet de tirer une conclusion causale de nos résultats. Nos résultats montrent que, bien que séduisant à court terme par l’atténuation de la pauvreté actuelle, la migration peut nuire à l’égalité des chances à long terme.