Thèse soutenue

Le pouvoir et ses notables : les membres des conseils consultatifs (Rhône, 1800-1830)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Gabriel Garrote
Direction : Claude-Isabelle Brelot
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance le 06/12/2017
Etablissement(s) : Lyon
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences sociales (Lyon)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Laboratoire d'études rurales (Lyon)
établissement opérateur d'inscription : Université Lumière (Lyon ; 1969-....)
Jury : Président / Présidente : Jean-Philippe Luis
Examinateurs / Examinatrices : Natalie Petiteau, Pierre Cornu
Rapporteurs / Rapporteuses : Claire Lemercier, Jean-Claude Caron

Résumé

FR  |  
EN

La thèse entreprend de décrire les hommes liés au système politique, social et administratif établi au lendemain de la Révolution, les notables, en même temps qu’elle réalise une histoire sociale de ce système, au prisme des conseils consultatifs et de leurs membres. Aborder la question de la notabilité au travers du conseil général et des conseils d’arrondissement du département du Rhône dans le premier tiers du 19e siècle permet à la fois d’interroger le processus de sélection et le façonnement d’une notabilité institutionnalisée, mais aussi de préciser les rapports du pouvoir à ses notables. Ces assemblées constituent en effet un laboratoire privilégié pour cerner l’émergence d’un type social clé du 19e siècle, le notable, en confrontant l’approche institutionnelle à sa réalité sociale, au moyen d’une démarche prosopographique. Elles sont encore une voie d’accès pour comprendre les modalités d’association des notables à un pouvoir adossé à une organisation hiérarchisée et centralisée, ainsi que pour saisir l’affirmation d’un corps intermédiaire, conçu comme base sociale et politique du pouvoir, vers un rôle d’auxiliaire et de relais de l’administration et, surtout, de représentant d’un territoire et de ses hommes. Esquisser la sociographie des conseils d’arrondissement et de département à l’aide d’une approche prosopographique, c’est déchiffrer le dialogue qui se noue entre l’institutionnel et le social, entre l’institutionnalisation d’un corps intermédiaire et un groupe social. C’est encore entrevoir l’articulation de l’ordre social au pouvoir. Au carrefour de l’institutionnel, du social et du politique, s’appuyant sur les rapports entre le pouvoir central, la préfecture et les conseils, l’étude menée vise à comprendre l’articulation entre les logiques du pouvoir et le rôle que ces hommes sont en mesure de jouer auprès de celui ci et de la population, et la manière dont cela se traduit dans la pérennisation et l’affirmation d’une institution départementale.