Thèse soutenue

Thématique persécutrice et narcissisme chez des patients du cancer au Cameroun

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jean-Pierre Mambou Nouemssi
Direction : Nathalie Dumet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance le 26/06/2017
Etablissement(s) : Lyon
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Centre de recherches en psychopathologie et psychologie clinique (Bron, Rhône ; 1993-...)
établissement opérateur d'inscriptions : Université Lumière (Lyon ; 1969-....)
Jury : Président / Présidente : Patricia Mercader
Rapporteurs / Rapporteuses : Daniel Derivois, Pascal Roman

Résumé

FR  |  
EN

Plusieurs patients du cancer au Cameroun pensent que leur état résulte d’une attaque de sorcellerie. Les auteurs en contexte africain attribuent cette thématique persécutrice au caractère collectiviste de la société qui fait de l’individu, en cas de maladie, la scène d’expression d’un conflit interpersonnel et communautaire. Nous tentons de montrer qu’au-delà de cet enjeu groupal, le vécu de persécution et son expression remplissent une fonction narcissique au niveau individuel. Le thème de la persécution chez la plupart de ces patients constitue un déni de la maladie, un moyen d’inhibition de l’angoisse de mort afférent à celle-ci, une expression du sentiment de toute puissance et d’immortalité caractéristique du narcissisme. Ainsi, il s’accompagne d’une hypertrophie du moi du sujet, lequel se croît envié par une personne de la génération parentale dans une lutte œdipienne mais parfois aussi de la même génération. Il s’agirait en réalité d’une forte réaction au vécu de catastrophe narcissique suscitée par le cancer.Le vécu et l’expression du thème de la persécution est aussi la recherche d’une protection contre la détresse liée au cancer par une fuite dans l’imaginaire observée chez les malades parfois même en milieu occidental. Ce qui favorise une richesse imaginaire en contradiction avec l’idée de démentalisation des malades somatiques soutenue par l’école psychosomatique de Paris notamment. Mais les patients sont débordés par cet imaginaire, ce qui leur ôte l’aptitude de l’élaboration mentale, et ne débouche pas sur une mentalisation et une symbolisation langagière. Par ailleurs, le vécu et l’expression du thème de la persécution s’est révélé être un moyen d’affirmation subjective pour des sujets aux prises avec des alliances narcissiques aliénantes.