Thèse soutenue

Les chinois en Algérie : un nouveau paradigme d’immigration : le cas des commerçants chinois

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Samia Hammou
Direction : Antigone Mouchtouris
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sociologie
Date : Soutenance le 04/12/2017
Etablissement(s) : Université de Lorraine
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Humanités Nouvelles - Fernand Braudel (Lorraine)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire lorrain de sciences sociales (Lorraine)
Jury : Président / Présidente : Céline Bryon-Portet
Examinateurs / Examinatrices : Antigone Mouchtouris, Jean-Michel Morin, Piero-Dominique Galloro, Rachid Hamadouche
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-Michel Morin

Résumé

FR  |  
EN

La migration massive des Chinois vers l’Algérie a coïncidé avec le retour de la santé financière, suite à la hausse des cours du pétrole et du gaz à la fin des années 1990. La nouvelle solvabilité de l’Algérie lui a permis de relancer d’immenses chantiers de construction qui ont nécessité de faire appel à la main d’œuvre Chinoise qualifiée et peu coûteuse. Plus de 50 sociétés Chinoises d’envergure sont présentes aujourd’hui en Algérie, une vingtaine d’accords de coopération Sino-algérienne ont été signés dans divers secteurs.Ce phénomène de migration économique a alors drainé dans son sillage un nombre appréciable de commerçants Chinois qui ont invertis dans le commerce. Les premières boutiques Chinoises de vêtements qui ouvrent dans l’Algérois sont baptisées « Vogues Chinoises », selon le CNRC (Centre National des Registres de Commerce) à la fin de l’année 2013, 838 commerçants Chinois étaient inscrits au registre du commerce (personnes physiques et personnes morales). La plupart des commerçants chinois se concentrent dans les mêmes secteurs d’activités. On trouve des produits très similaires : habits pour adultes et enfants, chaussures, accessoires de mode (bijoux, barrettes, linge de maison, etc.). Le made in China semble avoir un succès auprès de la population locale, les commerçants jouent sur les prix malgré la réputation que connait le produit Chinois de « mauvaise qualité ».Dans cette étude, nous nous interrogeons sur la place qu’occupent ces étrangers dans le paysage algérien et la cohabitation qui règne entre ces deux populations