Thèse soutenue

Méthode d’évaluation de l’impact des composants de construction sur la performance globale (énergétique & environnementale, économique et sociale) d’un bâtiment tout au long de son cycle de vie

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Sara Hadji Rezai
Direction : Francis Allard
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Génie civil
Date : Soutenance le 10/07/2017
Etablissement(s) : La Rochelle
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences et ingénierie des matériaux, mécanique, énergétique et aéronautique (Poitiers ; 2009-2018)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire des Sciences de l’Ingénieur pour l’Environnement (La Rochelle)
Jury : Président / Présidente : Joseph Virgone
Examinateurs / Examinatrices : Francis Allard, Joseph Virgone, Alaa Chateauneuf, Ahmed Mébarki, Charlotte Abelé, Maxime Doya
Rapporteurs / Rapporteuses : Alaa Chateauneuf, Ahmed Mébarki

Résumé

FR  |  
EN

Aujourd’hui les attentes en terme de performance énergétique, environnementale, mais également économique et sociale, toujours de plus en plus élevées, rendent de plus en plus complexe l’acte de construire et compliquée la prise de décision en phase de conception. Aussi l’enjeu de demain est notamment d’accompagner les acteurs de la construction dans le choix de composants de construction les moins risqués et les plus appropriés pour un projet de construction donné. Cette thèse est née de la volonté de répondre à cet enjeu. Aussi, l’objectif de cette thèse a été de développer une méthode d’évaluation de l’impact de l’intégration d’un composant de construction sur la performance globale (énergétique, environnementale, économique et sociale) d’un bâtiment tout au long de son cycle de vie. L’appropriation de la culture du risque, son appréciation (identification, analyse et évaluation), ainsi que son management dans le domaine de la construction est un phénomène récent, encore principalement à l’état de recherche. Cependant d’autres domaines tels que le nucléaire, l’aéronautique ou la finance ont déjà acquis des connaissances, développé des outils, méthodes et techniques et mis en exergue des bonnes pratiques et des précautions à suivre. Ainsi nous avons choisi de nous appuyer sur cela pour développer notre méthode et notamment nous avons fait le choix d’utiliser la méthode classique de Cooke (1991) pour pondérer les jugements d’experts et s’assurer qu’ils soient les plus représentatifs de la réalité. La méthode proposée ici se décompose en trois étapes. La première est une étape préliminaire qui permet d’une part de définir les objectifs de performance à atteindre pour un bâtiment performant en construisant une famille d’indicateurs de performance et d’autre part de choisir entre les deux étapes suivantes. Soit le composant de construction est largement diffusé et le processus principal est mis en œuvre. Soit il est innovant et c’est le processus secondaire qui est mis en œuvre. In fine la méthode permet : 1) d’identifier les couples ‘aléa/risque’ associés au composant étudié (composant largement diffusé ou innovant) ; 2) de mettre en évidence, grâce à l’aide d’un jeu de poids pondérant les indicateurs de performance représentant la performance globale à atteindre pour un bâtiment donné : a) les indicateurs les plus sensibles au regard de ce composant (composant largement diffusé) b) l’impact de l’intégration du composant via les couples ‘aléa/risque’ recensés sur tout le cycle de vie du bâtiment à l’échelle du composant et à l’échelle du bâtiment (composant largement diffusé). Elle a été expérimentée sur deux composants de construction, l’un largement diffusé, l’autre innovant et cela a permis de mettre en exergue ses avantages, limites, perspectives et améliorations d’un point de vue théorique. Mais également d’identifier des bonnes pratiques, des risques et des apprentissages associés à sa mise en application. Sa force réside dans son déploiement à grande échelle. Plus elle sera mis en œuvre sur un grand nombre de composants de construction d’une même famille et plus elle apportera un intérêt dans l’aide à la conception grâce à la comparaison entre ces composants pour choisir le plus approprié et le moins risqué pour un projet de construction donné.