Thèse soutenue

Evaluation du lexique oral en français chez des enfants de pré-primaire et du primaire : contexte gabonais

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Gaëlle Boutolini Mounanga
Direction : Jean-Marc Colletta
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences du langage Spécialité Linguistique Sociolinguistique et Acquisition du langage
Date : Soutenance le 02/06/2017
Etablissement(s) : Université Grenoble Alpes (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale langues, littératures et sciences humaines (Grenoble ; 1991-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles (Grenoble)
Jury : Président / Présidente : Jean-Pierre Chevrot
Examinateurs / Examinatrices : Harriet Jisa
Rapporteurs / Rapporteuses : Colette Noyau, Auguste Moussirou Mouyama

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Si le langage se développe normalement chez certains enfants, cela n’est pas toujours le cas chez d’autres (ces derniers peuvent parfois présenter des difficultés de compréhension verbale, par exemple). C’est une réalité universelle. C’est pourquoi, conscients de ce fait, des chercheurs de disciplines diverses (psychologues, psycholinguistes, orthophonistes, linguistes etc.) des pays comme la France ou la Belgique unissent, depuis de nombreuses années déjà, leurs forces pour venir en aide aux enfants en difficultés langagières. Leur démarche consiste en la conception d’outils étalonnés d’évaluation du langage oral et/ou écrit qui soient capables de prévenir ces déficits à l’âge adulte car il est indispensable de dépister les troubles du langage tôt si on veut les corriger et éviter que l’enfant connaisse des difficultés d’apprentissage. D’ailleurs, comme le soulignent Thibault, Helloin et Croteau (2003 : 132) : « Un enfant d’âge pré-scolaire avec un retard de langage oral présente un facteur de risque d’environ 80% de développer ultérieurement des difficultés d’apprentissage du langage écrit, notamment en ce qui concerne les voies d’identification des mots ».Or, si ces outils connaissent un essor considérable en Europe et dans les pays anglosaxons, ils sont presque rares voire inexistants au Gabon. Les instruments d’évaluation du langage qu’utilisent les quelques spécialistes du langage au Gabon proviennent d’autres pays étrangers, c’est-à-dire de pays dont les habitudes linguistiques et culturelles sont différentes des jeunes gabonais. Il y a donc un besoin à ce niveau là.Donc, cette étude exploratoire qui s’inscrit dans le champ de la psycholinguistique a pour but de proposer aux spécialistes du langage un premier outil servant à évaluer les compétences lexicales orales en français des jeunes gabonais de pré-primaire et du primaire. A terme, les résultats de cette recherche, dans sa dimension appliquée, pourront être communiqués auprès des professionnels concernés en milieu scolaire et rééducatif (psychologues scolaires, maîtres spécialisés, psychologues, etc.).L’intérêt de ce travail est donc de prévenir des échecs scolaires de certains enfants. Car, comme le précisent Guimard et Florin (2010 : p.144) : « les difficultés que les élèves de cycle 2 rencontrent dans la maîtrise de l’oral et de l’écrit exercent de fortes contraintes sur leur cursus scolaire ultérieur qui se traduit par divers échecs et, en France, des prescriptions de redoublement encore fréquentes puisqu’elles touchent actuellement un élève sur cinq ».