Thèse soutenue

Incidence de la démence : tendances évolutives au cours du temps et déterminants

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Leslie Grasset
Direction : Jean-François DartiguesCarol BrayneCatherine Helmer
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Santé publique. Option : Epidémiologie
Date : Soutenance le 20/09/2017
Etablissement(s) : Bordeaux
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sociétés, politique, santé publique (Bordeaux)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Bordeaux population Health
Jury : Président / Présidente : Christophe Tzourio
Examinateurs / Examinatrices : Jean-François Dartigues, Catherine Helmer, Christophe Tzourio, M. Arfan Ikram, Fiona Matthews

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

La démence entraine des conséquences non seulement pour le patient, mais également pour sa famille et pour la société elle-même et représente une priorité de santé publique. La connaissance et la compréhension des tendances temporelles de cette maladie est un sujet de recherche majeur, essentiel pour le futur. Cette thèse avait pour but d’analyser les tendances séculaires de l’incidence de la démence, ainsi que de certains de ses composants et conséquences et d’en comprendre les déterminants. Dans la première partie de ce travail, nous avons apporté un argument supplémentaire de la tendance à la baisse de l’incidence de la démence, retrouvé chez les femmes entre les années 90 et les années 2000. Ensuite, nous avons rapporté une amélioration globale des performances cognitives pour les générations plus récentes de personnes âgées, qui semble être due à une amélioration acquise relativement précocement au cours de la vie plutôt qu'à un déclin moins important des performances au cours du vieillissement. Enfin, nous avons mis en évidence une diminution de la mortalité sans démence et de la mortalité des femmes démentes, ainsi qu’une augmentation de l’espérance de vie en bonne santé et de la durée de vie en démence. Ces résultats sont en accord avec une amélioration de l’état de santé des personnes âgées au cours des deux dernières décennies, ce qui est prometteur pour le futur. D’autres travaux afin de mieux comprendre ces tendances et leurs déterminants sont cependant nécessaires ; ils permettront de mieux préciser les stratégies de prévention devant être mis en place pour diminuer ou retarder la démence.