Thèse soutenue

Réponse des chiroptères aux environnements : diversité virale et potentiel d’adaptation

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Arielle Salmier
Direction : Anne Lavergne
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie et physiologie des organismes, populations et interactions
Date : Soutenance le 13/12/2016
Etablissement(s) : Guyane
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Diversités, santé et développement en Amazonie (Cayenne)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut Pasteur
Jury : Président / Présidente : Mathieu Nacher
Examinateurs / Examinatrices : Anne Lavergne, Mathieu Nacher, Jean-François Cosson, Jean-Claude Manuguerra, Alain Franc, Brigitte Crouau-Roy
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-François Cosson, Jean-Claude Manuguerra

Résumé

FR  |  
EN

Les chauves-souris (Chiroptera) sont reconnues comme réservoirs naturels de nombreux microorganismes, dont certains pathogènes, responsables de maladies sévères chez l’homme. À ce jour, plus de 1 300 espèces de chauves-souris, aux habitats et comportements sociaux multiples, ont été décrites. Cette grande diversité d’espèces reflète l’importante diversité des caractéristiques biologiques, de l’histoire évolutive et de la capacité d’adaptation de cet ordre. Les études immunobiologiques laissent à penser que ces animaux présentent des stratégies antimicrobiennes plus efficientes que les autres mammifères, influencées par leurs caractéristiques spécifiques et par les contraintes pathogéniques associées aux environnements. L’objectif de cette thèse était de mieux comprendre, en utilisant la diversité virale et la circulation du virus rabique comme proxy, comment les contraintes bioécologiques, liées à la phylogénie de l’hôte et à son environnement, pouvaient impacter la diversité virale des chauves-souris, et subséquemment, induire une adaptation locale des gènes de l’immunité. L’ensemble des résultats obtenus montre que les composantes environnementales sont des facteurs clés des diversités virales et immunitaires. Associées aux caractéristiques spécifiques, elles jouent un rôle dans le maintien de ces diversités et déterminent les capacités d'adaptation des chauves-souris. Les processus démographiques semblent également contribuer au maintien des virus dans un environnement donné. Ce travail apporte des éléments de compréhension des mécanismes de maintien et de mise en place des diversités virales et immunitaires qui influencent l'adaptation locale des chauves-souris.