Thèse soutenue

Figures de l'enfant et pratiques des maîtres de l'école maternelle contemporaine

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Ghislain Leroy
Direction : Régine Sirota
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de l'éducation
Date : Soutenance le 14/03/2016
Etablissement(s) : Sorbonne Paris Cité
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences humaines et sociales : cultures, individus, sociétés (Paris ; 1994-2019)
Partenaire(s) de recherche : établissement de préparation : Université Paris Descartes (1970-2019)
Jury : Président / Présidente : Pascale Garnier
Examinateurs / Examinatrices : Régine Sirota, Pascale Garnier, Nicoletta Diasio, Alain Marchive, Éric Plaisance
Rapporteurs / Rapporteuses : Nicoletta Diasio, Alain Marchive

Résumé

FR  |  
EN

Quelle relation adulte / enfant est mise en œuvre par les maîtres de maternelle contemporains ? De 1986 à 2008, au niveau prescriptif, cette relation a été de plus en plus pensée à partir du modèle de la relation enseignant / élève. Mais quid des pratiques contemporaines ? C'est que cette thèse montre que d'autres modèles de la relation adulte / enfant ont émergé au cours de l'histoire de l'école maternelle : cinq figures de l'enfant, qui consistent en autant de manières de se représenter l'enfant, ont été distinguées. Plusieurs de ces figures de l'enfant sont critiques du rapport scolaire à l'enfant, défendant par exemple un rapport à l'enfant inspiré de la psychologie de l'enfant, ou encore un rapport d'inspiration maternelle à l'enfant. Une enquête sur les pratiques contemporaines a été menée, à partir d'entretiens, d'observations dans les classes, et d'une analyse de rapports d'inspection. Cette enquête a montré qu'en continuité avec le curriculum formel, le modèle relationnel scolaire jouit d'une légitimité bien plus grande que les autres rapports possibles à l'enfant, liés à d'autres figures de l'enfant. Cette thèse explore les conséquences pédagogiques de ce primat du rapport scolaire à l'enfant (importance de la contrainte de l'enfant, déclin de l'influence de l'éducation nouvelle, apprentissages précoces mettant à l'écart de la classe certains enfants), ainsi que ses conséquences affectives (logique disciplinaire dans certaines classes, perte de légitimité du rapport affectif à l'enfant, distanciation et froideur générales par rapport au corps enfantin). L'ensemble de ces éléments contribue à la recherche sur le statut de l'enfant dans la société contemporaine, c'est-à-dire à la sociologie de l'enfance.