Thèse soutenue

Le temps subjectif chez le déprimé anxieux : apport du Rorschach et de TAT : approche psycho-dynamique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Chahida Djebbar
Direction : Catherine AzoulayMohamed Meziane
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance le 10/03/2016
Etablissement(s) : Sorbonne Paris Cité en cotutelle avec Université d'Oran
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Cognition, comportements, conduites humaines (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine ; 1996-....)
Partenaire(s) de recherche : établissement de préparation : Université Paris Descartes (1970-2019)
Laboratoire : Laboratoire de Psychologie Clinique- Psychopathologie- Psychanalyse / PCPP - EA 4056
Jury : Président / Présidente : Marie-Christine Pheulpin
Examinateurs / Examinatrices : Catherine Azoulay, Mohamed Meziane, Marie-Christine Pheulpin, Solange Carton, Laid Fekih, Amina Nadji Aboura
Rapporteurs / Rapporteuses : Solange Carton, Laid Fekih

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse vise à mettre à l'épreuve les apports théoriques, dans un regard psycho-dynamique à partir d'un ancrage clinique et projectif, afin de comprendre le délicat tissage entre inscription temporelle et processus dans un travail d’articulation ; que propose le questionnement sur la perception des trois temps (passé, présent et futur), et de la spécificité d’inscription dans une situation non-figuratif au test du Rorschach, ainsi que processus d’enregistrement le récit au test du TAT. Si le caractère discontinu des évènements s'avère non structurant chez le déprimé anxieux, sur fond de la non continuité et de défaut de la permanence garanti par une relation objectale, à l'autre insuffisamment étayant, dont le psychisme se décompose dans la dépression anxieuse, revivre le passé et l'attente emporte souvent le sujet dans un abîme d'angoisse dans lequel il se perd. Ne pouvant plus s’ancrer dans le présent dans un mouvement d’élaboration et de symbolisation psychique, et, en miroir, engouffrant tout possible pour l'avenir, le sujet dit « déprimé anxieux » se retrouverait, paradoxalement, enfermé dans une impasse temporelle, se figure dans un spirale temporelle barré, sans écart qui potentialise son investissement pulsionnel, narcissique et objectal.