Thèse soutenue

Accompagner un enfant avec autisme dans la découverte de l'orthographe : l'harmonisation volontaire à visée de tutelle comme modalité d'intervention pédagogique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Patrick Binisti
Direction : Laurent Danon-Boileau
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences du langage
Date : Soutenance le 29/11/2016
Etablissement(s) : Sorbonne Paris Cité
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences humaines et sociales : cultures, individus, sociétés (Paris ; 1994-2019)
Partenaire(s) de recherche : établissement de préparation : Université Paris Descartes (1970-2019)
Laboratoire : Modèles- Dynamiques- Corpus / MoDyCo
Jury : Président / Présidente : Catherine Jousselme
Examinateurs / Examinatrices : Laurent Danon-Boileau, Catherine Jousselme, Alain Bentolila, Chantal Lheureux Davidse, Nathalie Lewi-Dumont, Annick Barthelemy
Rapporteurs / Rapporteuses : Catherine Jousselme, Leandro de Lajonquière

Résumé

FR  |  
EN

Nous avons posé la problématique suivante : Quelles sont, dans le cadre d'une situation duale d'apprentissage scolaire, les conditions interactionnelles permettant, chez l'enfant, autiste moyen et très peu verbal (test CARS-T), auprès duquel nous sommes intervenu, l'émergence, le développement et le maintien des procédures cognitives nécessaires à la production lexicale écrite ? Nous avons distingué trois domaines foncièrement imbriqués dans la réalité de nos interventions pédagogiques : celui de l'attention conjointe (Schaeffer, 1977), des interactions (Bruner 1983, 1987) inscrites dans une perspective pragmatique des échanges (Bates, 1976 ; Bernicot, 2006 ; Dardier, 2004) et celui de l'orthographe lexicale. Notre travail s'est attaché à les distinguer pour parvenir à corréler l'aspect interactionnel et le développement des processus phonographique. La situation pédagogique représente un contexte de communication qui exerce des contraintes d'ordre pragmatique, langagier, communicationnel (attention conjointe, gestion des échanges) sur l'application des ressources cognitives et en particulier sur les régulations qui auraient du mal à s'effectuer ou s'automatiser chez les personnes avec autisme (hypersensorialité et son corollaire, le démantèlement). La mise en œuvre des interactions de tutelle auprès de notre élève, nous a conduit à réfléchir aux conditions de leur réalisation. Nous est alors apparue la pertinence de parler "d'harmonisation volontaire à visée de tutelle." Nous avons procédé à une étude clinique selon les modalités de l'observation participante (Bogdan et Taylor, 1985). Nous avons travaillé sur les axes diachroniques et synchroniques à partir d'un corpus filmique. Nous avons effectué une analyse quantitative et qualitative des modifications conjointes à court, moyen ou long terme des régulations inter et intra-individuelles des conduites au cours d'interactions entre l'enfant et nous-même, en fonction de variables de contexte afin d'étudier l'interface entre fonctionnement cognitif apparent et l'aspect inter-individuel dans le cadre d'une situation pédagogique. Les résultats Sur le plan de l'attention conjointe, nous avons noté une réduction des désengagements longs et de ceux à caractère définitif. Concernant la dimension pragmatique des échanges, la coconstruction a permis à l'enfant de développer un discours métapragmatique et métalinguistique. A propos des apprentissages, nous avons souligné un investissement volontaire de l'enfant dans l'apprentissage orthographique qui s'est traduit par un allongement de son attention durant les tâches de reconnaissance (avec amorçage direct) ou de production lexicale aidée (cartes phonogrammiques) ainsi qu'un développement d'une procédure phonographique. Cette recherche s'est appuyée sur des connaissances neuropsychologiques, cognitives, linguistiques qui, constituées en un ensemble cohérent nous ont permis de tracer les perspectives d'une intervention pédagogique adaptée que nous avons nommée harmonisation volontaire à visée de tutelle dont nous avons tenté de définir les éléments constitutifs. Elle est fondée sur l'adoption d'une posture de retrait actif, inspirée de la posture "en aval" de Laurent Danon-Boileau (2002), par le professeur suffisamment attentif à l'enfant avec autisme pour intégrer dans sa démarche pédagogique les fonctionnements psychiques et cognitifs inévitablement idiosyncrasiques de l'élève. Par conséquent, nous pensons que "l'harmonisation volontaire à visée de tutelle" en tant que notion objectivement définie, mais qui demande cependant à être approfondie, peut être considérée comme un contenu de formation pour les enseignants spécialisés dans la perspective d'une école inclusive.