Thèse soutenue

Construction de l'Est et de l'Ouest : vers des compétences interculturelles? Un exemple de recherche à Hong - Kong en mobilité académique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Valérie Martinez
Direction : Jean-Paul Narcy-CombesFred Dervin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Didactique des langues et des cultures
Date : Soutenance le 08/01/2016
Etablissement(s) : Sorbonne Paris Cité en cotutelle avec Åbo akademi
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Langage et langues (Paris)
Partenaire(s) de recherche : établissement de préparation : Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris ; 1970-....)
Laboratoire : Équipe d'accueil Didactique des langues, des textes et des cultures (Paris)
Jury : Président / Présidente : Maarit Mutta
Examinateurs / Examinatrices : Jean-Paul Narcy-Combes, Fred Dervin, Maarit Mutta, Nathalie Auger, Régis Machart, Muriel Molinié
Rapporteurs / Rapporteuses : Nathalie Auger, Régis Machart

Résumé

FR  |  
EN

De nombreux chercheurs ont déjà souligné l’importance de préparer les étudiants à la mobilité académique (Abdallah-Pretceille, 2003 ; Jackson, 2013) notamment pour faire face à l’ère hypermoderne actuelle (Aubert, 2004). Par ailleurs, les diverses terminologies de référence en ce qui concerne le nouveau paradigme des mobilités (Urry, 2007) et le concept de compétence interculturelle, justifient ce travail de doctorat. Le cadre théorique sur lequel nous nous appuyions est l’ « interculturalité renouvelée » (Dervin, 2012). Les compétences interculturelles sont ainsi définies en tant que distance performée vis-à-vis des discours sur l’Autre qui émergent pendant les rencontres. Six groupes-centrés ont été organisés pour deux groupes de participant (étudiant dans un Institut d’Études Supérieures à Hong-Kong) et une formation, pré-mobilité académique à l’interculturalité renouvelée, a été mise en place afin d’en analyser l’impact sur le discours des participants. Les théories de l’énonciation et l’approche du dialogisme ont été les apports méthodologiques qui nous ont permis d’observer les voix rapportées et leurs concrétisations prosodiques dans le discours des participants (Martin & White, 2005) avant et après l’expérience de mobilité. Nous nous sommes efforcés d’observer dans le discours des participants l’espace dialogique disponible à la rencontre et à la reconnaissance de la voix de l’Autre. Si les résultats semblent indiquer une augmentation du nombre de voix rapportées dans le discours des participants, suite à la mobilité académique, d’autres mises en place de recherches semblent nécessaires afin d’étudier l’impact d’une préparation pré-mobilité sur l’hétéroglossie.