Thèse soutenue

Écrivaines italiennes de la migration balkanique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Anna Federici
Direction : Margherita OrsinoFlavia Cristaldi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Italien
Date : Soutenance le 14/03/2016
Etablissement(s) : Toulouse 2 en cotutelle avec Università degli studi La Sapienza (Rome)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Arts, Lettres, Langues, Philosophie, Communication (Toulouse)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Il Laboratorio (Toulouse)
Jury : Président / Présidente : Walter Zidarič
Examinateurs / Examinatrices : Margherita Orsino, Flavia Cristaldi, Ugo Fracassa, Claudio Milanesi, Ugo Vignuzzi
Rapporteurs / Rapporteuses : Ugo Fracassa, Claudio Milanesi

Résumé

FR  |  
EN  |  
IT

En déclinant la sémantique du mot latin « medium », nous remarquons la présence de certaines caractéristiques de la littérature italienne rédigée par les auteures d’origine balkanique. La thèse qui s’intitule « Écrivaines italiennes de la migration balkanique », est un travail qui se sert d’outils propres, tant à la littérature et à la linguistique qu’à la géographie humaine. Le but de la thèse étant d’analyser le corpus intégral des écrivaines de récits ou de romans en langue italienne, arrivées en Italie suite à la vague migratoire des années Quatre-vingt-dix en provenance de la Péninsule balkanique. De ce fait, « médiane » est la position géopolitique de la région, entre la « terre promise » européenne et l’« Orient », deux mythes créés par l’Occident colonisateur ; ces écrivaines « subalternes » revêtent ainsi le rôle de « médiatrices » qui, après avoir reconstruit leur identité singulière dans un ouvrage autobiographique, se font porte-paroles d’instances collectives, en employant une prose de genre réaliste ; pour finir, l’idiome italien est le « moyen » choisi pour formuler une littérature désormais mature qui, dans certains cas, donne lieu à des motifs inattendus d’empreinte fantastico-surréelle.