Thèse soutenue

Rôles du Facteur PréImplantatoire (PIF) dans le placenta humain normal et pathologique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Hadia Moindjie
Direction : François VialardMarie-Noëlle Dieudonné
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de la vie et de la santé
Date : Soutenance le 08/11/2016
Etablissement(s) : Université Paris-Saclay (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Structure et dynamique des systèmes vivants (Gif-sur-Yvette, Essonne ; 2015-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Gamètes, implantation, gestation (GIG) - Gamètes- implantation- gestation / GIG
établissement de préparation de la thèse : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (1991-....)
Jury : Président / Présidente : Virginie Rouiller-Fabre
Examinateurs / Examinatrices : Olivier Sandra, Michaël Grynberg
Rapporteurs / Rapporteuses : Daniel Vaiman

Résumé

FR  |  
EN

Le placenta humain est un organe indispensable au bon déroulement de la grossesse. La villosité choriale est l’unité structurale et fonctionnelle du placenta. Elle est constituée essentiellement de cellules trophoblastiques. Les cytotrophoblastes extra-villeux (CTEV) présentent des propriétés invasives et assurent l’ancrage du placenta dans l’endomètre maternel. De plus, une apoptose physiologique assure le renouvellement des cytotrophoblastes tout au long de la grossesse.Le Facteur Préimplantatoire (PIF) est un peptide de 15 acides aminés, sécrété par des embryons viables. Le PIF exerce un effet autocrine positif sur le développement embryonnaire. Le PIF est également impliqué dans le contrôle de l’immunité et de l’inflammation dans divers types cellulaires.Au cours de ce travail de thèse, nous nous sommes intéressés aux rôles du PIF dans le développement placentaire humain. Dans un premier temps, nous avons caractérisé l’expression protéique du PIF dans des placentas humains de 1er et 3ème trimestre de grossesse.Nous avons montré que i) l’expression du PIF diminue au cours de la grossesse et ii) le PIF est majoritairement exprimé dans les CTEV.Dans un second temps, nous avons mis en évidence que le PIF i) favorise l’invasion trophoblaste et ii) inhibe l’apoptose des CTEV en régulant la voie de signalisation de p53.Par ailleurs, des altérations de l’invasion et de l’apoptose trophoblastiques sont associées à des pathologies de la grossesse telles que la pré-éclampsie et le retard de croissance intra-utérin. Ainsi, dans un dernier temps nous avons montré que l’expression du PIF est diminuée dans des placentas humains de 3ème trimestre issus de grossesses pathologiques par comparaison avec des grossesses normales.L’ensemble de ces résultats démontrent que le PIF est un nouvel acteur de la placentation humaine. De plus, le PIF pourrait être considéré comme un nouveau biomarqueur des pathologies de la grossesse.