Thèse soutenue

La gouvernance d'une fédération de réseaux : le cas de la Fédération des Réseaux de Santé Gérontologiques d'Ile-de-France

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Aline Courie Lemeur
Direction : Christophe Assens
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de gestion
Date : Soutenance le 27/06/2016
Etablissement(s) : Université Paris-Saclay (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de l'Homme et de la société (Sceaux, Hauts-de-Seine ; 2015-2020)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire de recherche en management (Guyancourt, Yvelines) - Laboratoire de recherche en Management / LAREQUOI
établissement de préparation de la thèse : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (1991-....)
Jury : Président / Présidente : Annie Bartoli
Examinateurs / Examinatrices : Bernard de Montmorillon, Corinne Grenier, Michel Crémadez, Albert Servadio
Rapporteurs / Rapporteuses : Bernard de Montmorillon, Corinne Grenier

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse traite des mécanismes de gouvernance d’une fédération de réseaux, lorsque la prise de décision est partagée entre plusieurs partenaires formant de multiples coalitions indépendantes. Notre interrogation se justifie au regard de la théorie, en raison du nombre réduit de travaux qui abordent la question de la gouvernance des fédérations de réseaux. Nous combinons une approche théorique avec une étude du terrain, dans l’objectif de répondre à notre interrogation. Nous choisissons comme terrain d’étude et comme étude de cas, la Fédération des réseaux de santé gérontologique Ile-de-France (FREGIF) et ses réseaux-membres. Parmi les pistes de recherche théorique, nous explorons l’impact de la dépendance aux ressources entre partenaires, les jeux de pouvoir entre acteurs, et leurs coalitions. L’interprétation des résultats empiriques à la lumière du cadre théorique dans une démarche abductive, nous permet de comprendre comment et pour quelles raisons la structure réseau évolue dans une forme simple (réseau) et dans une forme complexe (fédération de réseaux), et ce qui peut déterminer en parallèle les mécanismes de gouvernances. Nous constatons que pour la gouvernance d’une fédération de réseaux, l’analyse des configurations du pouvoir et de leurs transitions semble être déterminante quelle que soit la situation de l’environnement externe ; la construction d’un environnent négocié, comme celui du réseau, ne semble pas être suffisante pour surmonter durablement la dépendance aux ressources, en l’absence d’un changement de modèle économique ; la prise en compte et la maitrise de jeux politiques et leur bonne mobilisation semblent être déterminantes, quelle que soit la situation de l’environnement externe.