Thèse soutenue

Bases neurales de la respiration chez la souris : traçage monosynaptique et dissection génétique des neurones prémoteurs phréniques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jinjin Wu
Direction : Gilles Fortin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie
Date : Soutenance le 28/06/2016
Etablissement(s) : Université Paris-Saclay (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Signalisations et réseaux intégratifs en biologie (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne ; 2015-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut des neurosciences Paris-Saclay (Gif-sur-Yvette, Essonne ; 2015-....)
établissement opérateur d'inscription : Université Paris-Sud (1970-2019)
Jury : Président / Présidente : Hervé Daniel
Examinateurs / Examinatrices : Gilles Fortin, Hervé Daniel, Muriel Thoby-Brisson, Thomas Similowski, Alessandra Pierani
Rapporteurs / Rapporteuses : Muriel Thoby-Brisson, Thomas Similowski

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Le comportement respiratoire est unique en ce qu’il requiert l’activation permanente de muscles squelettiques. Le contrôle exécutif de la respiration repose sur des groupes d’interneurones connectés par des synapses et formant un réseau ordonné : le générateur central respiratoire (CPG). Nous cherchons à comprendre l’implication de types neuronaux définis dans la logique de l’organisation du CPG respiratoire. Nous avons précédemment démontré que les neurones constitutifs du – complexe preBötzinger (preBötC) – le générateur du rythme inspiratoire, dérivaient de progéniteurs neuraux exprimant le gène à homéoboite Dbx1. J’étudie ici, par traçage viral monosynaptique chez des souriceaux, les neurones prémoteurs à l’interface entre le générateur de rythme et les motoneurones phréniques innervant le diaphragme. Je montre que les principaux neurones prémoteurs formant – le groupe respiratoire ventral rostral (rVRG) – sont aussi des neurones de type V0. Ce travail révèle une organisation des circuits inspiratoires dans laquelle les lignages cellulaires de types V0 sont cruciaux pour établir (i) le preBötC (générateur du rythme) et le rVRG (suiveur du rythme) et (ii) un dessin de connectivité assurant bilatéralement l’amplitude équilibrée et la synchronisation de la commande motrice des nerfs phréniques requise pour respirer efficacement.