Thèse soutenue

Essais sur la gestion du risque d'entreprise : le cas du secteur de l'assurance européenne

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Dinh-Tri Vo
Direction : Fredj JawadiDuc Khuong Nguyen
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de gestion
Date : Soutenance le 01/07/2016
Etablissement(s) : Université Paris-Saclay (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de l'Homme et de la société (Sceaux, Hauts-de-Seine ; 2015-2020)
Partenaire(s) de recherche : établissement opérateur d'inscription : Université d'Évry-Val-d'Essonne (1991-....)
Laboratoire : Institut Mines-Télécom-Business School. Laboratoire en Innovation, Technologies, Economie et Management (Evry, Essonne)
Jury : Président / Présidente : Philippe Gillet
Examinateurs / Examinatrices : Marc Nabeth
Rapporteurs / Rapporteuses : Georgios P. Kouretas, Ephraim Clark

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

Dans un monde de plus en plus intégré, les entreprises doivent affronter un grand nombre de risques avec une plus grande complexité. Gérer les risques complexes avec une vision globale, holistique à tous les niveaux est vital pour les assureurs car le risque est dans leur cœur de leur métier. Toutefois, à périmètre réglementaire constant, les différentes stratégies de gestion de risques ne donneraient toujours pas les mêmes résultats.Cette thèse de doctorat cherche à examiner trois aspects de la gestion des risques des entreprises (ERM) pour le secteur de l'assurance européenne :i) les typologies s des compagnies d’ assurance qui mettent en œuvre l'ERM,ii) l'impact de l'ERM sur les performances de l'entreprise,et iii) la relation entre ERM et solvabilité.Bien que le marché européen de l’assurance représente un tiers du marché mondial, la majorité des études empiriques portant sur l’ERM dans le marché de l’assurance sont basées sur des données américaines. En outre, les exigences de Solvabilité II ont poussé les assureurs en Europe de se conformer à l’ERM. Le premier essai de la thèse étudie les caractéristiques de (101) cent-un compagnies d’assurance cotées dans l'Union Européenne, comprenant notamment la taille, l’ancienneté, l’effet de levier, le type d'entreprise, la diversification des activités, les investissements à long terme, et certains indicateurs de performance (les ratios combinés, ROA, Tobin's Q, et EPS). En utilisant le modèle Probit sur des données de panel avec les effets aléatoires, les résultats obtenus montrent que les compagnies d'assurance ont tendance à adopter l'ERM lorsqu’elles ont un niveau d’endettement élevé, une taille importante et une concentration sur leur cœur de métier. De plus, ces entreprises investissent davantage sur le long terme, ont une valeur de marché élevée, et se trouvent dans les marchés développés. Ces résultats corroborent les conclusions de plusieurs études dans la littérature i.e. Pagach and Warr (2011), Hoyt and Liebenberg (2011).Dans le deuxième essai, j'étudie l'impact de l'ERM sur la performance de l'entreprise au regard de deux indicateurs: valeur de marché et valeur comptable. Suivant les résultats de l’identification des éléments déterminant l’adoption de l’ERM (premier essai), l’échantillon de base peut être divisé en deux groupes de compagnies d’assurance: un groupe avec ERM et un groupe sans ERM. Afin de tenir compte d’éventuel problème d’endogénéité entre la performance et l’ERM, et de possibles biais relatifs à la sélection de l'échantillon, l’approche d’estimation en deux étapes de Heckman (avec le ratio de Mills inversé) et les instruments internes de Hausman-Taylor sont utilisés. Les résultats obtenus sont en faveur de l’hypothèse selon laquelle l'ERM a un impact positif et significatif sur la performance des entreprises. Ces résultats complètent les études précédentes qui préconisaient l'adoption de l'ERM i.e. Nocco and Stulz (2006), McShane et al. (2011), Hoyt and Liebenberg (2011), Eckles et al. (2014).Le troisième essai examine la solvabilité des compagnies d’assurance qui disposent d’un système de ges­tion des risques - l'ERM. Avec une approche similaire à celle du deuxième chapitre, je confirme que l'adoption de l'ERM a un impact positif sur la solvabilité de la société d'assurance. Cette nouvelle approche par la solvabilité des compagnies d’'assurance contribue à une vision alternative de la valeur de l'ERM.Les résultats de cette thèse ont des implications pour les parties prenantes majeures telles que les gestionnaires de risques, les régulateurs et les actionnaires: l'adoption de l'ERM a un impact positif et significatif sur la performance de l'entreprise et sa solvabilité. Par ailleurs, l'adoption de l'ERM est corrélée à certaines typologies des entreprises telles que le niveau de la dette, la taille de l'entreprise, l'investissement à long terme et la diversification.