Thèse soutenue

Au chaud et à l'abri ? Évaluation ex post de deux politiques environnementales mises à l'épreuve du comportement des ménages français

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Amélie Mauroux
Direction : Bertrand Villeneuve
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance le 08/02/2016
Etablissement(s) : Paris Sciences et Lettres (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : Ecole doctorale SDOSE (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d’Economie de Dauphine (Paris) - Laboratoire d'Economie de Dauphine / LEDa
Etablissement de préparation de la thèse : Université Paris Dauphine-PSL (1968-....)
Jury : Président / Présidente : Patrice Geoffron
Examinateurs / Examinatrices : Bertrand Villeneuve, Patrice Geoffron, Clément Carbonnier, Miren Lafourcade, Kevin Elie Beaubrun-Diant, Sylvain Chabé-Ferret, Laurent Meunier
Rapporteurs / Rapporteuses : Clément Carbonnier, Miren Lafourcade

Résumé

FR  |  
EN

Comprendre comment les ménages modifient leurs choix après la mise en place de politiques publiques est indispensable pour apprécier leur efficacité. En effet, des biais dits comportementaux peuvent néanmoins atténuer l’effet attendu de l’action publique. Cette thèse propose une évaluation ex post de deux politiques environnementales en France : un instrument économique, le crédit d’impôt développement durable (CIDD) pour l’amélioration de l’efficacité énergétique des logements, et un instrument réglementaire, les politiques de prévention des risques majeurs. Les chapitres 2 et 3 apportent des éléments d’évaluation sur l’effet incitatif du CIDD suite à un changement de barème et mesure l’ajustement à fois du recours (déclarants additionnels) et des montants déclarés (dépenses additionnelles). Les chapitres 4 à 6 évaluent dans quelle mesure les politiques de prévention des risques naturels et industriels d’information préventive (Information Acquéreur Locataire, IAL) et de maîtrise de l’urbanisme (Plan de Prévention des Risques, PPR) impactent les marchés immobiliers dans les zones à risques, et donc affectent la perception des risques des ménages et leurs choix résidentiels.