Thèse soutenue

Essais sur les mésalignements de change et la politiques de change dans les pays en développement et les économies émergentes

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Carl Grekou
Direction : Cécile Couharde
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance le 06/12/2016
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Économie, organisations, société (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : EconomiX (Nanterre)
Jury : Président / Présidente : Valérie Mignon
Examinateurs / Examinatrices : Cécile Couharde, Valérie Mignon, Jean-Louis Combes, Gilles Dufrénot, Frédérique Bec
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-Louis Combes, Gilles Dufrénot

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse a pour objectif d’apporter de nouveaux éclairages sur certaines questions liées aux mésalignements de change réels et aux régimes de change dans les pays en développement et les économies émergentes. Dans un premier axe de recherche, nous réexaminons le lien entre les mésalignements de change et la croissance, en intégrant un canal de transmission dit de "la dette en devises". Nous montrons l’existence d’un canal financier de la dette en devises à travers lequel les mésalignements de change exercent un effet opposé, par rapport au canal traditionnel de la compétitivité-prix, sur la croissance. En outre, nous mettons en lumière le rôle joué par le régime de change dans la relation mésalignements de change-croissance et l’importance de la compatibilité du régime monétaire en vigueur avec la structure de la dette extérieure libellée en devises. Dans le second axe de recherche, nous nous intéressons à l’efficacité de la politique de change dans la prévention/correction des mésalignements de change. Nous montrons tout d’abord qu’en l’état actuel des choses, il est difficile d’établir une relation robuste entre les régimes de change et les mésalignements de change en raison notamment des définitions différentes des régimes monétaires adoptées par les classifications de facto des régimes de change. En particulier, seules les classifications permettant de distinguer les régimes monétaires défectueux permettent de discriminer les performances des régimes de change en matière de mésalignements de change. Nous montrons enfin que la transmission des variations du taux de change nominal au taux de change réel n’est pas systématiquement liée à l’ampleur de l’ajustement nominal mais qu’elle dépend fortement de la distorsion initiale du taux de change réel.