Thèse soutenue

La transposition de la littérature à la bande dessinée : la mise en images chez Alberto Breccia

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Laura Cecilia Caraballo
Direction : Anne Sauvagnargues
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Esthétique
Date : Soutenance le 14/10/2016
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Histoire des arts et des représentations (Nanterre)
Jury : Président / Présidente : Fabienne Brugère
Examinateurs / Examinatrices : Anne Sauvagnargues, Fabienne Brugère, Henri Garric, María de las Mercedes Reitano
Rapporteurs / Rapporteuses : Henri Garric, María de las Mercedes Reitano

Résumé

FR  |  
EN

Dans cette thèse, nous proposons des pistes pour une théorie visuelle de la bande dessinée à travers l’analyse de l’œuvre transpositive du dessinateur argentin Alberto Breccia. Étudier cet aspect de son œuvre constitue à notre sens le meilleur point de départ pour une étude focalisé sur la vertu plastique de la bande dessinée, le plastique dans l’image étant associé avec les matériaux et les procédés de celle-ci. La bande dessinée transpositive, regroupant les bandes dessinées qui adaptent des textes littéraires ou autres objets culturels, existe au moins depuis la naissance de cet art. Dans la pratique de la transposition l’œuvre transposée se réclame d’un lien direct et explicite avec un ou plusieurs textes ou récits antécédents. Toutefois, la transposition est un phénomène plus large que le simple passage d’une histoire d’un texte- source à une mise en image linéaire par une bande dessinée. Il existe, en effet, toute une dimension d’analyses qui concernent la dimension thématique et narrative ainsi que la dimension formelle, plastique, visuelle des procédés et modes de représentation. C’est ce dernier aspect qui nous occupe dans nos analyses car il nous semble que Breccia est l’un des premiers dessinateurs à explorer à l’occasion de ses transpositions littéraires toute une gamme de moyens nouveaux en bande dessinée. Cela n’est pas un hasard, car les transpositions que Breccia sélectionne l’amènent justement à explore les limites entre figuratif et informel. Il est l’un des premiers à ouvrir la bande dessinée sur des préoccupations plastiques nouvelles, qui sortent du cadre de la lisibilité et de la reconnaissance immédiate de ses premières planches plus illustratives.