Thèse soutenue

Etude des mécanismes moléculaires contrôlant le développement des projections commissurales

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Chloé Dominici
Direction : Alain Chédotal
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Neurosciences
Date : Soutenance le 30/09/2016
Etablissement(s) : Paris 6
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Cerveau, cognition, comportement (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut de la vision (Paris ; 2009-....)
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Fanny Mann, Patrick Mehlen
Rapporteurs / Rapporteuses : Frédéric Causeret, Patricia Gaspar

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

Chez les bilatériens, les connexions permettant de relier la partie droite et gauche du système nerveux central (SNC) sont appelées commissures cérébrales. Comprendre les mécanismes moléculaires permettant la mise en place de ces circuits constituent un enjeu majeur en neurobiologie du développement. Le guidage des commissures cérébrales repose sur des paires de ligands-récepteurs telles que Netrine-1/DCC et Slits/Robos. Nétrine et Slits sont exprimés au niveau de la plaque du plancher tandis que leurs récepteurs respectifs, DCC et Robo1/2, sont exprimés dans les neurones et axones commissuraux de la moelle épinière et du tronc cérébral au cours du développement. L'étude des souris déficientes pour ces gènes a permis d'établir un modèle : Nétrine-1, agirait à distance afin d'attirer les axones commissuraux par gradient vers la ligne médiane ventrale, puis, les Slits permettraient de repousser les axones en dehors de la plaque du plancher. Au cours de ma thèse, j'ai utilisé des modèles génétiques murins afin d'étudier in vivo la mise en place des commissures et la migration des neurones précérébelleux. Nous avons inactivé de façon spécifique l'expression des molécules Nétrine-1, Slits et Robo1/2 dans différentes régions du SNC. Nous avons montré que la présence de Nétrine-1 dans la plaque du plancher n'était pas nécessaire à l'attraction des axones commissuraux mais que la source principale de Nétrine-1 était la glie radiaire. Nous avons aussi montré que le couple Slit/Robo n'était pas essentiel à la migration des neurones précérébelleux. Ces données remettent en cause le modèle classiquement proposé et suggèrent l'existence de d'autres mécanismes moléculaires de guidage.