Thèse soutenue

Cartes et constructions de territoires impériaux dans le nord de la péninsule indochinoise, 1885-1914

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Marie de Rugy
Direction : Hugues TertraisHélène Blais
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance le 18/11/2016
Etablissement(s) : Paris 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale d'Histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Sorbonne Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe (Aubervilliers, Seine-Saint-Denis ; 2002-....)
Jury : Président / Présidente : Pierre Singaravélou
Examinateurs / Examinatrices : Hugues Tertrais, Hélène Blais, William Gervase Clarence-Smith
Rapporteurs / Rapporteuses : Philippe Pelletier, Philippe Papin

Résumé

FR  |  
EN

Ma thèse porte sur les savoirs cartographiques en situation coloniale, au nord de la péninsule indochinoise. J'y envisage la manière dont des espaces frontaliers, disputés par des États coloniaux et nationaux, ont été représentés et construits, entre 1885 et 1914, par les différents acteurs en présence: empires britannique, français et chinois, royaume de Siam, populations locales. L'enjeu est de dépasser les histoires nationales afin de proposer une étude croisée des politiques géographiques britannique et française clans des marges impériales. Ce croisement révèle trois processus centraux. Tout d'abord, il montre que la cartographie des confins constitue un observatoire de la production des territoires et de la définition des entités étatiques et coloniales. Il montre égalemen1 le rôle de la cartographie au service des relations internationales dans un contexte de forte compétition. Enfin, il permet de lire les relations entre politiques géographiques impériales et pratiques de terrain : par-delà la manichéenne opposition entre « savoirs traditionnels » et «sciences modernes » se dessine une riche dialectique entre savoirs coloniaux et savoirs vernaculaires.