Thèse soutenue

Contribution à l'étude du CND par Courants de Foucault de matériaux hétérogènes faiblement conducteurs à base d'éléments finis

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mohamed Khebbab
Direction : Mouloud FeliachiMohamed Latreche
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Electronique et génie électrique
Date : Soutenance le 03/11/2016
Etablissement(s) : Nantes en cotutelle avec Université Mentouri-Constantine. Faculté des sciences
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Mathématiques et sciences et technologies de l'information et de la communication (Rennes)
Partenaire(s) de recherche : COMUE : Université Bretagne Loire (2016-2019)
Laboratoire : Institut de Recherche en Énergie Électrique de Nantes-Atlantique
Jury : Président / Présidente : Aissa Bouzid
Examinateurs / Examinatrices : Yann Le Bihan
Rapporteurs / Rapporteuses : Yves Du Terrail Couvat, Hassane Mohellebi

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

Le travail de cette thèse consiste en l’investigation de techniques de caractérisation et de contrôle électromagnétique de pièces en matériaux composites, en particulier les composites unidirectionnels à fibres de carbone (CFRP : Carbon Fibers Reinforced Polymer). Deux modèles sont alors développés. Le premier modèle qui est destiné à la caractérisation de la conductivité électrique transverse du CFRP est basé sur la percolation par réseau de résistances. Les grandeurs physiques de ce réseau sont établies à partir d’approches stochastiques (chaînes de Markov). Outre la prédiction de la conductivité électrique transverse du composite, le modèle permet d’appréhender les principaux paramètres qui influencent la conductivité. Le deuxième modèle traite du contrôle non destructif par courants de Foucault de ces matériaux en adoptant une approche de résolutions parallèle des problèmes micro et macro par la méthode dite d’éléments finis hétérogènes multi échelles (FE-HMM).Ce modèle est relativement plus précis que l’approche classique qui se base sur les techniques d’homogénéisation, ce qui permet notamment de caractériser des défauts microscopiques.