Thèse soutenue

L’autorité de l’Église d’Afrique : L’action dans la cité de l’édit de tolérance constantinien jusqu’à l’invasion vandale

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Elyes Baccouche
Direction : Paul MatteiSamir Aounallah
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire et civilisation des mondes anciens
Date : Soutenance le 13/12/2016
Etablissement(s) : Lyon en cotutelle avec Université de Tunis (1958-1988)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences sociales (Lyon)
Partenaire(s) de recherche : établissement opérateur d'inscription : Université Lumière (Lyon ; 1969-....)
Jury : Président / Présidente : Houcine Jaïdi
Examinateurs / Examinatrices : François Richard
Rapporteurs / Rapporteuses : Fathi Béjaoui, Stéphane Gioanni

Résumé

FR  |  
EN

Il s’agit d’une thèse en cotutelle élaborée dans la cadre d’une coopération francotunisienne, entre l’Université de Tunis et de Lyon 2, sous la conjointe direction de Dr. Samir Aounallah et de Dr. Paul Mattei. Le travail, commencé en mois d’avril 2010, se rapporte sur l’action de l’Église d’Afrique dans la cité de l’édit de tolérance constantinien jusqu’à l’invasion vandale. Le manque d’un travail approfondi et spécifié en ce qui concerne ce thème compte parmi les raisons qui nous ont poussé à entamer cette recherche. Au niveau thématique, nous avons essayé de déterminer en quoi la définition du terme abstrait auctoritas et du son nom d’agent auctor qui (celui qui donne la garantie et le concours à ses dépendants) peut exprimer l’action de l’évêque préoccupé de l’intérêt de ses fidèles. En ce qui concerne les différentes manifestions de l’autorité judiciaire civile de l’Église,nous avons essayé d’examiner attentivement les différences de sens entre audientia episcopalis et iudicium ecclesiasticum. L’audientia episcopalis se charge des litiges civils entre laïcs ; le iudicium ecclesiasticum s’occupe des litiges privés et des crimes publics mais relevant du for clérical, impliquant des clercs. De plus, la composition de l’audientia episcopalis, telle que nous l’avons précisé, est originale : elle se réduisait à un seul juge, l’évêque. Dans le domaine social, l’autorité de l’Église se manifeste essentiellement dans l’assistance aux pauvres. Pour mieux comprendre l’action de l’Église, nous avons d’abord essayé de définir la pauvreté en Afrique, en prenant en considération le paramètre économique. Sur le plan linguistique, nous avons pu remarquer l’emploi capital et générique de l’adjectif pauper et de ses divers dérivés dans la signification de la pauvreté à l’époque tardive en Afrique. En outre, l’enquête sur les termes signifiant la pauvreté économique dans les textes de saint Augustin nous a permis de dresser la liste suivante : debilis ; egens ; esuriens ; indigens ; inferior ; infirmus ; inops ; mediocris ; mendicus ; miser ; pauper ; plebs ; tenuis. Pareillement, l’emploi massif de pauper durant toute la période qui nous intéresse tendrait à prouver l’empreinte chrétienne sur le droit romain. En effet, nous dénombrons 20 occurrences du mot pauper dans le Code théodosien, dont 10 en rapport avec l’Église. Cependant, il est permis de dire que les textes tardifs se sont inspirés de ceux du Haut-Empire où le mot pauper apparaît, à 17 reprises. L’examen de l’œuvre de saint Augustin a permis de faire le portrait du pauvre en tenant compte d’un certain nombre de conditions différentes : condition matérielle (le pauvre est celuiqui a faim, qui est sans logis, qui vit dans la nudité et dont les vêtements sont très rudimentaires) et incapacité physique. Il faudrait aussi se fonder sur le paramètre juridique quand on est appelé à parler des esclaves, des colons et des étrangers. Dans la même optique, de nombreux traits ont contribué, à leur tour, au portrait exact du pauvre. La pauvreté peut concerner les détenus des prisons publiques, les captifs, les prostituées, les veuves, les orphelins, les mineurs et les victimes de l’usure. De plus, nous avons établi une échelle de la pauvreté : 1. l’entière pauvreté. 2. la pauvreté due aux contraintes de l’oppression et des crises accidentelles dans les zones urbaines aussi bien que dans les zones rurales. 3. la pauvreté relative : celle qui concerne les personnes qui disposent de ressources à peine suffisantes ou modestes (mediocres) pour vivre. Les textes africains montrent que, en Afrique, les pauvres opprimés étaient issus de milieux aussi bien urbains que ruraux, alors que les sources italiennes montrent que, en Italie, les pauvres opprimés viennent surtout des zones rurales.De surcroît, toujours en Afrique, des faits cités en rapport avec la prise en charge des pauvres, on déduit que les nécessiteux qui recourent àl’assistance de l’Église se concentrent dans les villes....